JAH MARNYA – I N’ I NAH

La musique jamaïcaine a donné naissance a de nombreux genres et descendants hybrides à travers le monde. En Angleterre, l’ancien pays colonisateur, il y a une très grande population jamaïcaine et d’origine jamaïcaine ce qui a généré des nouveaux types de reggae et par conséquent une nouvelle branche indépendante de cette musique des caraïbes. Ce que beaucoup de gens appellent aujourd’hui le Dub est en fait le nom donné à ce type de reggae qui vient d’Angleterre et qui se distingue par une rythmique et une manière de concevoir la production assez différente de la musique jamaïcaine. En effet elle est initialement basé autour du rythme jamaïcain dit « rockers », c’est a dire un tempo rapide avec des temps plus marqués à la grosse caisse et qui laissent moins de « vides » ce qui a pour effet de créer un musique qui parait plus chargé et peut paraître plus dynamique.

En Angleterre il y a eu un style « local » de reggae avec des groupes phares comme
Aswad et Steel Pulse par exemple, mais ce qu’on appelle aujourd’hui en Europe le « Dub » et en Angleterre le « Steppers » n’est apparu que dans les années 80 dans ses premières formes. La majorité, pour ne pas dire tous, des sound systems anglais suivaient les modes jamaïcaines jusqu’au début des années 80. La scission s’est opéré lorsque un nouveau style d’artistes, de thèmes et de type d’instrumentaux sont apparus en Jamaïque pour s’orienter vers ce que l’on appelle parfois le  » early dancehall ». En Angleterre certains sounds tel que Sir Coxsone ou Saxon Studio ont suivi les nouvelles tendances alors que un autre courant s’est formé avec des sounds comme Channel One et Jah Shaka, qui en partie à cause de leur foi Rasta, ont préféré rester avec les productions dites plus « roots and culture » ainsi qu’en gardant leur focus sur les rythmes rockers. Ces rythmes rockers n’étant plus à la mode en Jamaïque, c’est en Angleterre qu’ils se perpétuent en se modifiant au fil du temps pour devenir le « Steppers » où l’on a mis m’accent sur les infra basses, les temps très marqués sur la grosse caisse et des ambiances dites « méditatives » pour les amateurs « glauques » pour ceux qui sont moins fans…

En tout cas cette musique dite « Steppers » plait à un public européen et la facilité de production de ses instrumentaux, le plus souvent conçus sur ordinateurs avec des structures simples et assez ressemblantes les unes aux autres, permet à toute un nouvelle génération de producteurs de voir le jour un peu partout en Europe. Pour ma part je suis rarement fan de ce courant là de la musique d’ascendance jamaïcaine mais comme dans tout on peut trouver des producteurs et artistes talentueux et c’est le cas avec ce morceau produit par un Label Franco-Sénégalais Amouli Bayi ( ndt Ne Jamais Abandonner en Wolof) et le singjay Jah Marnyah. Un texte intelligent et bien écrit posé sur un riddim lui aussi bien construit et dansant à découvrir :

Chantez le haut et fort
Que je vous entende le crier (Jah)

Lire la suite

Publicités