Spice – Black Hypocrisy

Spice est une chanteuse et toasteuse Jamaïquaine né à Spanish Town il y à 36 ans. Elle commence sa carrière en 1998 avec un premier single qui sort chez Slam Records en 45 tours. C’est en 2000 qu’elle commence à devenir reconnue suite à une prestation remarquée au Sting Festival. Suite à ça elle continue de sortir des singles avec différents producteurs et à collaborer avec des artistes renommés tels que Baby Cham ou encore Jimmy Cliff. Ses textes sont le plus souvent explicites et elle parle sans gène de sa sexualité dans le style qu’on appelle  » slackness ». En 2008 C’est la combinaison ultra chaude, « Romping Shop », avec Vybz Kartel qui la fera connaitre à travers le monde.

Dans ce morceau comme elle nous le dit elle même on est surpris de la retrouver sur une rythmique reggae et avec texte original et inhabituel. En effet elle aborde un sujet polémique de la Jamaïque, le colorisme. Le colorisme c ‘est l’idée selon laquelle la valeur et la place de quelqu’un dans la société est déterminé par la tonalité de sa couleur de peau. Cette idée est bien ancrée dans les mœurs de la Jamaïque depuis les temps de l’esclavage et elle se retrouve clairement explicité dans l’expression qui dit  » If you’re white it’s all right, If you’re brown stick around and if you’re black get back » c’est à dire  » Si tu est blanc tout va bien, si tu est marron ( peau de couleur claire) tu peux rester par là et si tu est noir reste derrière ». La Jamaïque comme le plupart des sociétés coloniales et esclavagistes a stratifié l’ordre social en fonction des couleurs de peau et même si aujourd’hui la Jamaïque est indépendante depuis
1962 et que l’immense majorité du pays à des origines africains ( on parle de plus de 90%) ces concepts de stratifications existent toujours dans l’esprit de nombreux Jamaïquains. On peut constater que les classes aisées et les dirigeants sont essentiellement blancs ou de couleur de peau clair…

J’ai fais un rêve qu’un jour les femmes noires commenceraient à se soutenir les unes les autres plutôt que de se tirer vers le bas.
Mesdames, n’oubliez jamais que vous êtes ravissantes, aimables, attirantes, courageuses et gentilles. Je transpire la mélanine avec le miel.
Je suis noire et je ne m’en excuse pas.

Ce n’est pas ce que tu t’attendais à ce que je dise
Mais je vais le dire quand même

Car
On m’a dit que j’avancerai plus
Si la couleur de ma peau été plus claire
Et on m’a fait me sentir inférieure
Car la société dis que les filles marrons sont plus belles
J’aime ce à quoi je ressemble
J’aime ma belle peau noire
Le respect est du à ma forte mélanine
Fière de la couleur , j’aime la peau dans laquelle je suis
Je brûle le racisme et démolit le colorisme

Mais à cause des choses que je dis tu risque de ne pas m’aimer en retour
Je reçoit de la haine de ma propre race c’est un fait
Car ces mêmes noirs me disent que je suis trop noire
Et si tu blanchis ta peau les mêmes vont casser du sucre sur ton dos
Et biens vu que tu dis que je suis trop noire pour toi
Je te plais, je ressemble à ce que tu voudrais ?
Et maintenant je vais voir si vous dites que je suis trop marron pour vous
Ou bien est que pour vous je suis jolie ?

L’hypocrisie des noirs
Je laisse de coté les filles sans estimes d’elles mêmes
Vous faites comme si il fallait être marron pour être jolie
Je nique la sale iniquité de tous ces gens
Car c’est l’hypocrisie des noirs
Je laisse de coté les filles sans estimes d’elles mêmes
Je suis noir et belle
Oui je sais que je suis jolie
Je nique la sale iniquité de tous ces gens

Ils disent que je suis si noir que je brille à en avoir l’air sale
Et c’est la seule phrase qui pourrait me faire du mal
Et ce n’est pas un blanc qui me le dit faites moi confiance
C’est le colorisme des noir, une grosse hypocrisie

Et si demain je me réveillais ressemblant à une fille marron
Automatiquement j’aurais la côte
Y’a plein d’entre vous qui n’allez pas aimer ce que je dis
Car plein d’entre vous êtes coupables de sa vous mêmes
Quelle est ta perception d’une fille jolie
Est-ce un nez bien droit et des cheveux bien longs
Les filles noires perdent confiance en elle mêmes
Car on attache le mot moche à leur tonalité de peau

Et biens vu que tu dis que je suis trop noire pour toi
Je te plais, je ressemble à ce que tu voudrais ?
Et maintenant je vais voir si vous dites que je suis trop marron pour vous
Ou bien est que pour vous je suis jolie ?

L’hypocrisie des noirs
Je laisse de coté les filles sans estimes d’elles mêmes
Vous faites comme si il fallait être marron pour être jolie
Je nique la sale iniquité de tous ces gens
Car c’est l’hypocrisie des noirs
Je laisse de coté les filles sans estimes d’elles mêmes
Je suis noir et belle
Oui je sais que je suis jolie
Je nique la sale iniquité de tous ces gens

ENGLISH PATOIS :

I had a dream that one day black women would start supporting each other rather than bashing each other.
Ladies, never forget that you are beautiful, lovely, attractive, courgeous and kind. I am dripping melanin with honey.
I am black without apology.

It’s not what you expect me to say
But I’m ago ahead and say it anyway

Cause
I was told that I would reach further
If the colour of my skin was lighter
And I was made to feel inferior
Cause society say brown girls prettier
Me love the way me look
Me love me pretty black skin
Respect due to me strong melanin
Proud of me colour, love the skin that I’m in
Burn racism, demolish colourism

But the things weh me ago say you may not love me back
I get hate from my own race yes that’s a fact
Cause the same black people them say I’m too black
And if you bleach out your skin them same one come ah chat
Well since you say I’m too black for you
I please you, do I look how you want me to
Now I’m going to see if you say I’m too brown for you
Or do I look pretty to you

Black people hypocrisy
Leave the girls them with low self esteem
Unnu gwaan like say you haffi brown fi pretty
Fuck the whole ah them dirty iniquity
This ah black people hypocrisy
Leave the girls them with low self esteem
I’m black and beautiful
I know I’m pretty
Fuck the whole ah them dirty iniquity

Them say me black till me shine till me look dirty
And it’s the only line in life that will ever hurt me
Because it never come from a caucasian trust me
This a black colourism big hypocrisy

So if me wake tommorow look like a browning
Automaticaly me would ah carry the swing
Nuff ah unnu nah go like the song yah me sing
Because ah nuff ah unuu guilty fi the same damn thing
What’s your perception of a pretty woman
Is it straight nose with her hair well long
Black girls lose self confident
Cause they attach the word ugly to her complexion

Well since you say I’m too black for you
I please you, do I look how you want me to
Now I’m going to see if you going to say I’m too brown for you
Or do I look pretty to you

Black people hypocrisy
Leave the girls them with low self esteem
Unnu gwaan like say you haffi brown fi pretty
Fuck the whole ah them dirty iniquity
Black people hypocrisy
Leave the girls them with low self esteem
I’m black and beautiful
I know I’m pretty
Fuck the whole ah them dirty iniquity

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Publicités

Peter Youthman – Dem A Try To Divide Us

Peter Youthman est un Singjay français originaire de Paris. Actif dans les sound systems depuis plus de 15 ans, il s’est petit à petit affirmé comme l’un des meilleurs toasteurs français. Ce qui le distingue des autres est : sa capacité à parler un patois impeccable, sans la moindre faute, quelque chose de très rare ici en France. De plus il a travaillé sa prononciation et son accent de façon à être compréhensible par tous. Ça l’a amené à être invité à l’étranger sur des sounds tels que Mungo’s Hi Fi en Ecosse, OBF en Suisse, et avec des sounds en Allemagne ou en Belgique et à collaborer avec de nombreux sounds français. Ces dernières années, il a sorti quelques singles de qualité tels que Mandela et Sad Feeling qui ont été très remarqués et il vient tout juste de sortir son premier LP en collaboration avec Roll and Records. Cet album illustre son travail constant pour s’améliorer et on note qu’il est capable de toaster mais aussi de chanter. Le tune que je traduis ici est extrait de ce dernier album et nous parle des classes dirigeantes et des stratagèmes qu’ils emploient pour maintenir leur domination sur nous. Un morceau très à propos dans cette période où, dans le monde entier, il se livre un bataille entre les masses populaires opprimées et les élites qui tentent de maintenir leur domination et leur emprise sur nous!

NDT :

1/ Sufferer : Terme souvent employé en Jamaïque pour définir la classe de gens les plus pauvres, ceux qui souffrent

2/ A Bligh : Un mot 100% Yardie pour dire une chance, une opportunité

Ils essayent essayent essayent
Essayent de nous diviser
Alors qu’ils devraient essayer
De vivre dans la droiture

Je sais qu’ils ne se soucient pas de ceux qui souffrent
Tout ce dont ils se soucient c’est de leur satanés billets
Ils n’ont ni amour ni compassion ( aucunement)
Pour les pauvres et les nécessiteux
Tout ceux qu’ils souhaitent voir c’est la guerre et la misère
Car pour asseoir leur pouvoir, la division est la clef

Et donc
Ils essayent essayent essayent
Essayent de nous diviser
Alors qu’ils devraient essayer
De vivre dans la droiture

Ils veulent tous être aux contrôles de ce monde
Mais la sagesse vaut plus que les diamants et les perles
Ils sont trop avares
Ils veulent sans cesse plus
Et ils mentent
Alors qu’ils ont prêté serment
Dites moi pourquoi
Vous ne donnez pas une chance aux pauvres
Et systématiquement ce sont les innocents qui meurent

Et
Vous essayez essayez essayez
Essayez de nous diviser
Alors que vous devriez essayer essayer essayer
Essayer de vivre dans la droiture

Ecoute ce que je dis
Vous devriez cesser ce jeu auquel vous jouez
Le monde se dégrade
A cause de vos malfaisances

ENGLISH PATOIS :

Them ah try try try
Try to divide us
When they should try try try
Try to be righteous

I know they don’t care about the sufferer
All them care about are them damn papers
Them don’t have no love, no sympathy (none at all)
For the poor man them, and the needy
All they want to see is war and misery
Cause to them power , division is the key

So
Them ah try try try
Try to divide us
When they should try try try
Try to be righteous

They wall want to be at the controls of this world
But wisdom worth more than the diamonds and them pearls
Them too greedy
They always want more
And them lying
Even though they swore
Tell me why
You don’t give the poor a bligh
Every time it’s the innocent who die

And
You try try try
Try to divide us
When you should try try try
Try to be righteous

Oh listen what I say
You should stop the game you play
This world is in decay
Because of your dirty ways

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

KOFFE – TOAST

Koffe est la dernière artiste sensationnelle à émerger de la scène musicale jamaïcaine. En effet cette jeune artiste de tout juste 18 ans à conquis le monde notamment avec ce morceau « Toast ». Elle se fait tout d’abord remarquer en Jamaïque avec un hommage acoustique au coureur légendaire Usain Bolt ce qui amène Chronixx à la prendre sous son aile et la faire apparaître à ses cotés sur divers concerts. Ce premier Hit, Toast, est un morceau un peu hybride. Sur une instrumentale 100% moderne entre le dancehall et la musique populaire aux USA elle pose un Toast, c’est à dire un texte rendu à la manière DJ dans le sens jamaïcain, plutôt parlé que chanté. Le sujet est un peu une description de son attitude au quotidien et comment elle en est arrivée là aujourd’hui.

On ne peut pas se plaindre dans la vie
J’avance avec elle

( yo, tranquil, t’est serieux?)

Toast
Et donc on arrive en force
On récolte les bénédictions sur notre cheminement, à pleine main
On ne s’élève pas pour ensuite se vanter
On donne des remerciements
C’est de ça dont on a le plus besoin
On donne des remerciements comme on est censé le faire
On est empli de gratitude
Les bénédictions sont sur ma vie
Et
On donne des remerciements à Dieu pour le chemin, ce qu’on gagne
Et pour tout ce qu’il y a en bonus
La gratitude est nécessaire
Les bénédictions tombent à ma main droite
Je pose un toast pour les amis qui sont déjà partis, un lourd fardeau
A une époque on était en cours et on s’ennuyait
Oli m’a dit met toi en route et donc je me suis mis en route
En classe de 3ième je me suis dit je vais tenter un truc
Et tu sais que ça s’est révélé être un truc enflammé
Maintenant c’est sur scène avec Chronixx que je chante
Tu me vois, Diggy, je t’appelle bientôt
Salut Proto, passe le bonjour à Soto
J’ai vu que tu avais posté une photo spectaculaire
On garde le feu en vie, c’est notre devise
Et si je suis dans le coin, je passe sur ton show aussi

On ne peut pas se plaindre dans la vie
Je dois remercier Dieu pour le chemin, ce que je gagne
La gratitude est nécessaire
Les bénédictions tombent à ma main droite
Je pose un toast pour les amis qui sont déjà partis, une lourd fardeau
A une époque on été en cours et on s’ennuyait
Oli m’a dit mets-toi en route et donc je me suis mise en route

Jah à fait pleuvoir ses bénédictions sur moi
Et a dit que je devais raconter l’histoire
Jah à fait pleuvoir ses bénédictions sur moi
Et c’est pour ça que je suis là à lui donner la gloire
Je suis ravie, Jah sait que ma passion est embrasée
A propos de la musique je suis excitée
C’est comme une potion

Les bénédictions sont sur ma vie
Et
Je dois remercier Dieu pour le chemin, ce que je gagne
La gratitude est nécessaire
Les bénédictions tombent à ma main droite
Je pose un toast pour les amis qui sont déjà partis, un lourd fardeau
A une époque on était en cours et on s’ennuyait
Oli m’a dit mets-toi en route et donc je me suis mise en route

Toast
On ne s’élève pas pour ensuite se vanter
Je dois donner des remerciements comme on est sensé le faire
Etre reconnaissant
Je dois remercier Dieu pour le chemin, ce que je gagne
La gratitude est nécessaire
Les bénédictions tombent à ma main droite
Je pose un toast pour les amis qui sont déjà partis, un lourd fardeau
A une époque on était en cours et on s’ennuyait
Oli m’a dit mets-toi en route et donc je me suis mise en route

ENGLISH PATOIS :

Can’t bawl inna life, man
Me gwaan with it

( yo , easy, are you kidding me? )

Toast
So we ah come in with a force
Blessing we ah reap on we course, inna handfull
We nuh rise and boast
We give thanks
That we need it the most
We give thanks like we really supposed to
We thankfull
Blessing all pon me life
And
We give thanks to God for the journey, the earnings
Ah just for the plus
Gratitude is a must
Blessing fall by me right hand
Bust a toast fi the friends that take off, heavy load
One time did sit down inna class and we bored
Oli say do road and me gwaan with the road
Third form me say make me try a thing
And you know it formed out to be a fire thing
Now pon stage with Chronixx I ah sing
See me, Diggy, soon all give the I ah ring
Hello Proto say hi to Soto
Saw you post a spectacular photo
Keep it burning, yes that’s the motto
If me deh bout, ah pass through your show too

Can’t bawl inna life, man
Me haffi thank God for the journey, the earnings
Ah just for the plus
Gratitude is a must
Blessing fall by me right hand
Bust a toast fi the friends that take off, heavy load
One time we did sit down inna class and we bored
Then Oli say do road and me gwaan with it

Jah shower blessings upon me
And say me fi tell them the story
Jah shower blessings upon me
And that’s why me deh give Him the glory
Me delighted, Jah know say me passion ignited
Bout the music me excited
Come in like a potion

Blessing all pon me life
And
Me thanks God fi the journey, the earnings
Ah just for the plus
Gratitude is a must
Me say blessings fall by me right hand
Bust a tost fi the friends that take off, heavy load
One time did sit down inna class and we bored
Then Oli say do road and me gwaan with the road

Toast
We nuh rise and boast
We haffi give thanks like we really supposed to
Be thankfull
Blessings all pon me life
And
Me thanks God fi the journey, the earnings
Ah just for the plus
Gratitude is a must
Blessing fall by me right hand
Bust a toast fi the friends that take off, heavy load
One time did sit down inna class and we bored
Then Oli say do road and me gwaan with the road

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Linton Kwesi Johnson – Sonny’s Lettah

Linton Kwesi Johnson, connu aussi sous l’acronyme LKJ, est un Dub Poet Jamaïcain qui a passé la plupart de sa vie en Angleterre. Il est l’un des pionniers du style Dub Poetry qui consiste à réciter ses poèmes en rythme sur une version instrumentale. Il sera reconnu en Angleterre pour son militantisme politique et social et des morceaux comme celui ci ou encore Inglan Is A Bitch sont devenus des classiques du genre. Ses poèmes sont écrits en patois et lorsqu’il écrit les mots il a tendance à leur donner une orthographe Jamaïcaine comme on peut le voir dans le titre. J’ai pris le parti ici de mettre les mots anglais en orthographe anglaise pour une meilleure compréhension. Le sujet nous parle d’une époque très tendue en Angleterre. En effet la police s’en prenait régulièrement aux minorités et particulièrement les noirs en toute impunité. Les policiers disposaient de textes de loi, comme les lois SUS, qui leur permettaient d’arrêter n’importe qui sur simple suspicion d’un crime sans qu’il n’y ait de preuves à apporter…

Expediteur: Brixton Prison
Jebb Avenue
London S.W. 2
England

Chère Maman
Bonjour
J’éspère que lorsque ces quelques lignes arriveront
Elles te trouveront en bonne santé

Maman
Je ne sais vraiment pas comment te dire ça
Car j’avais fais une promesse solennelle
De m’occuper du petit Jim
Et de faire de mon mieux d’en prendre soin

Maman
J’ai vraiment fait de mon mieux
Mais malgré ça
Je suis désolé de t’apprendre que le pauvre petit Jim a été arrêté
C’était en pleine heure de pointe

Tout le monde se pressait
Pour rentrer prendre la douche du soir
Moi et Jim étions debout à attendre un bus
Ne causant de soucis à personne

Quand tout à coup un camion de policiers s’est arrêté
Et trois policiers en sont sortis
Matraques à la main
Ils sont venus droit vers moi et Jim

L’un d’entre eux agrippe Jim
Disant qu’ils l’arrêtent
Jim lui dit de le lâcher
Car il n’a rien fait

Et qu’il n’a rien volé même pas un bouton
Jim à commencer à se secouer
Les policiers ont commencés à rigoler

Maman
Je vais te dire ce qu’ils ont fait à Jim
Maman
Je vais te dire ce qu’ils lui ont fait

Ils l’ont frappé dans le ventre, qui s’est transformé en gelé
Ils l’ont frappé dans le dos et ils lui ont cassé les côtes
Ils l’ont frappé dans la tête mais elle été dure comme du plomb
Ils l’ont frappé dans le sexe et il a commencé à saigner

Maman
Je ne pouvais pas rester là à rien faire

Alors j’ai mis mon doigt dans un de leurs yeux et il a commencé à pleurer
Je lui ai mis un coup dans la bouche et il s’est mis à crier
Je lui ai mis un coup de pied dans le tibia ce qui l’a fait vriller
Je l’ai frappé sur la mâchoire et il est tombé sur une poubelle
Est tombé
Mort

Maman
D’autres policiers sont arrivés
Et ils m’ont frappés jusqu’à que je tombe à terre
Ils ont inculpé Jim pour SUS
Et m’ont inculpé pour meurtre

Maman
Ne t’en fais pas
Ne déprime pas et ne sois pas abattue
Garde le courage
Jusqu’à que j’entende de tes nouvelles
Je reste
Ton fils
Sonny

ENGLISH PATOIS :

From Brixton Prison,
Jebb Avenue
London S.W. 2
ENgland

Dear Mama
Good day
I hope that when these few lines reach you
They may find you in the best of health

Mama
I really don’t know how to tell you this
For I did make a solemn promise
To take care ah little Jim
An try me best fi look out fi him

Mama
I really did try me best
But none a the less
Sorry fi tell you say poor little Jim get arrest
It was de middle ah the rush hour

Everybody jus ah hustle and ah bustle
To go home fi them evening shower
Me an Jim stand up waiting pon a bus
Not causing no fuss

When all of a sudden a police van pull up
Out jump tree policemen
The whole ah them carrying baton
THem walk straight up to me and Jim

One ah them hold on to Jim
Say them taking him in
Jim tell him fi leggo ah him
For him nah do nothing

And him nah thief not even a button
Jim start to wriggle
De police start to giggle

Mama
Make I tell you what them do to Jim?

Mama
Make I tell you what them do to him?

Them thump him him in him belly and it turn to jelly
Them lick him pon him back and him rib get pop
Them thump him pon him head but it tough like lead
Them kick him in him seed and it started to bleed

Mama
I just couldn’t stand up there nah do nothing

So me jook one in him eye and him started fi cry
Me thump him pon him mout and him started fi shout
Me kick him pon him shin so him started fi spin
Me hit him pon him chin and him drop pon a bin
And crash
And dead

Mama
More policeman come down
Them beat me to the ground
Them charge Jim fi sus
Them charge me fi murder

Mama
Don’t fret
Don’t get depressed an downhearted
Be of good courage
Till I hear from you
I remain
Your son
Sonny

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Clement Irie – Koloko

C’est le big hit de Clement Irie. Enregistré chez Redman Records un des gros labels de la fin des années 80 dans le style digital, c’est à dire sur une rythmique composée a partir de boites à rythmes et ordinateurs. Les années 80 sont marquées par l’arrivé massive de la cocaïne en Jamaïque qui devient un passage étape entre la l’Amérique du Sud et les Etats-Unis. De nombreux artistes connus et moins connus flirtent avec et d’ailleurs suite à ce morceau Clement Irie a des altercations avec Gregory Isaacs et avec Tiger qui se sentent visés par le morceau, même si ils ne sont pas nommés! En tout cas ici le toasteur nous explique les conséquences de la consommation des drogues dures et encourage les gens à ne pas en prendre!

NDT:

Unu: un mot 100% jamaïcain pour désigner l’autre, le plus souvent au pluriel

Skin, kin, Skin teeth: le fait de sourire, littéralement enlever la peau de devant les dents

sinting: equivalent de something, quelque chose

it sweet you : une très chouette expression qui désigne le fait que quelque chose nous plaise

Dovecot: Cimetière de Kingston

Alors vous savez qu’en ce moment tout le monde parle de drogues
Et donc tous les vendeurs de drogues, détendez vous, ne vous y accrochez pas
Car il s’agit de quelque chose de sérieux

Suis moi maintenant
Je veux que tu laisses tomber toutes les drogues X2
Je crie ne touche pas le, ne touche pas le, ne touche pas au
truc qu’on appelle Kolokoloko
Ne touche pas au truc qu’on appelle le crack
Ne touche pas au truc qu’on appelle la coke

Pourquoi
La coke c’est pas un blague, la coke ne rigole pas
La coke c’est un truc qui se nourrit de ton corps
Ne deviens pas ami et ne commence pas à en tomber amoureux
Car si tu fais une erreur et commence à le faire
C’est à ce moment là qu’elle va prendre le contrôle de ton corps
Elle va aspirer ton corps et te faire ressembler à une aiguille à coudre
Car tu prends de la drogue et tu ne manges pas assez
Laisse tomber le crack, la coke et l’héroïne
Tu vois que la drogue c’est quelque chose de dangereux

Je veux que tu laisses tomber toutes les drogues x2
Ne touche pas au truc qu’on appelle le crack

Tu vois le crack c ‘est un truc très dangereux
Çà te fait vendre tout ce que tu as
Ton petit compte en banque il n’y a plus rien dedans
Car ça te plait trop et tu ne veux pas arrêter
Et ça va te mener direct à Dovecot

Je veux que tu laisses tomber toutes les drogues X2
Je crie ne touche pas le, ne touche pas le, ne touche pas au
truc qu’on appel Kolokoloko
Ne touche pas au truc qu’on appelle la coke

Mec
C’est un truc sérieux ne le prend pas à la légère
Car la coke ne rigole pas et la coke ne blague pas
Ça va entailler ton nez et entailler ta gorge
Et si je parle trop longtemps je vais avoir la voix cassée
C’est la vérité que je dis je ne fais pas que toaster

Je veux que tu laisses tomber toutes les drogues X2
Je crie ne touche pas le, ne touche pas le, ne touche pas au
truc qu’on appel Kolokoloko
Ne touche pas au truc qu’on appelle la coke

Ta vie est longue mais tu n’en prends pas soin
Tu vois les drogues, faut que tu arrêtes d’en prendre
Clement Irie au micro
Assis sur le riddim tu vois que j’ai la forme physique

Je veux que tu laisses tomber toutes les drogues X2
Je crie ne touche pas le, ne touche pas le, ne touche pas au
truc qu’on appelle Kolokoloko

ENGLISH PATOIS :

Now you know that drugs talk is the biggest talk around
And all drugs pusher let loose, and don’t hang on
Cause it’s a serious thing

Follow me now man
I want you leave all drugs alone
I beg unnu leave all drugs alone

Me bawl don’t touch the, don’t touch the, don’t touch the
The thing called kolokoloko
Don’t touch the thing called the crack
Don’t touch the thing called the coke

Why
Coke nuh romp and coke nuh skin
Coke is a thing weh feed pon your system
Don’t friend it to much and get your loving
If you make a mistake and go do such thing
That time it ago take over your body system
Suck down your body make you look like a pin
Cause your taking the drugs and you’re not eating
Leave out the crack and the coke, the heroin
You see the drugs a dangerous sinting

Leave all drugs alone
I beg unnu leave the drugs alone
Don’t touch the thing called the crack

You see the crack a dangerous thing that, what x2
It make you sell off everything that you got
Your little account it run out ah cash
Cause it sweet you and man you don’t want to stop
And it will lead you, man, straight to Dovecot

Leave all drugs alone
I beg unnu leave all drugs alone
Me bawl don’t touch the, don’t touch the, don’t touch the
The thing called kolokoloko
don’t touch the thing called the coke

Boy
Serious thing
Don’t take it make joke
Coke nah romp, coke nuh joke
It will cut up your nose and cut up your throat
If me talk too long then me gwine get hoarse
Ah the truth me ah talk ah no toast me ah toast

Leave all drugs alone
I beg unnu leave all drugs alone
Me bawl don’t touch the, don’t touch the, don’t touch the
The thing called kolokoloko
don’t touch the thing called the coke

Your life long but you’re careless with it
You see the drugs, man, you must stop take it
Clement Irie pon the mic talk it
Sit down pon the riddim and me physical fit

Leave all drugs alone
I beg unnu leave all drugs alone
Me bawl don’t touch the, don’t touch the, don’t touch the
The thing called kolokoloko

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Culture – Police Man

Culture est un trio Jamaïcain composé de Joseph Hill au lead et de Andrew Walker et Kenneth Dayes aux harmonies. Ils se forment en 1976 et sortent leur premier single « This Time » chez Joe Gibbs. C’est l’année 1977 qui marquera le début de leur grand succès avec des hits comme « Stop the Fighting », « See Them ah Come » et « Two Sevens Clash » qui donnera le nom à leur premier LP. Rapidement signés sur le label reggae de Virgin Records « Frontline » ils commencent à tourner dans le monde entier et même si ils perdent de popularité en Jamaïque avec l’avènement de l’époque dancehall au début des années 80, ils continuent de sortir des albums et de se produire sur scène à l’international. Ce titre est assez surprenant car alors qui’il est aujourd’hui considéré comme un classique par les sound systems il est enregistré sur le label Mr Tipsy en 1991 et ne connaîtra pas un grand succès avant d’être repressé sur le label Nura au débuts des années 2000. Culture nous décrit l’attitude des policiers en Jamaïque qui sont réputés pour leur manque de discipline, leur corruption et le nombre d’assassinats qu’on peut leur imputer. Le pays étant touché par une grande violence politique et partisane depuis les années 60, les policiers fonctionnent bien souvent eux même comme un gang: arrestations extra judiciaires, meurtres et clientélisme..
Il y a même des figures emblématiques chez les policiers que l’on peux comparer aux chefs des gangs des ghettos. Citons par exemple Bigga Ford ou encore Laing qui est aussi connu pour être l’organisateur des Sting Festival, connu pour ses clash entre artistes! Le thème d’une police sans respect fait écho partout dans le monde et c’est clairement une des raisons du succès de ce morceau à la rythmique foudroyante!

Ndt : En Jamaïque le terme « boy » appliqué à un adulte est très insultant, à noter aussi qu ‘en anglais on utilise « boy » lorsque on s ‘adresse a un chien ou un chiot…

Il nous de la protection, Seigneur

Ils vous ont amenés dans la société pour nous protéger
Et maintenant tu commences a nous traiter comme des chiens
Ne respectant même pas le fait que je sois ton frère
Ils traitent les citoyens comme des brutes

Policiers où est passé le respect?
Ô Seigneur
Policiers où est passé le respect?
N’entends tu pas quand je dis
Policiers où est passé le respect?

Tu regardes mon grand père avec sa barbe blanche
Tu te tournes et le traites exprès de « boy »
Imagines un chiot de l’age de mon grand père
Crois tu que c ‘est un petit chien?

Policiers où est passé le respect?
oh yeah
Policiers où est passé le respect?
Vous l’avez perdu

Tu viens dans la maison de ma grand mère
A la recherche d’un gosse
Tu te tournes vers elle et sors ton gros flingue
Et lui dis grand mère t’enfuis pas
Elle n’ a rien fait

Policiers où est passé le respect?
Ô Seigneur
Policiers où est passé le respect?
Je vous le demande

Tu te promènes dans la rue et croises un jeune mineur
Tu ne sais rien de ses qualifications
Plutôt que de lui apprendre l’intelligence et l’éducation
Tu sors ton gros flingue et lui montre

Policiers où est passé le respect?
Nettoyons la société
Policiers où est passé le respect?

Tu traînes dans un bar buvant du rhum blanc
Insultant les filles comme n’importe qui
Et si j’élève la voix à son propos
Tu m’amènes au commissariat
Juste pour ton plaisir
Et me coupe même mes dreadlocks

Policiers où est passé le respect?

PATOIS ENGLISH

Protection we need, Lord

They brought you in the society to protect us
Now you starting to treating us like a dog
Don’t even respect that I am your brother
Handle civilians like brute

Policeman where is the respect gone?
Oh Lord
Policeman where is the respect gone?
Don’t you hear me when me say
Policeman where is the respect gone?

You look at my grandfather with his grey beard
You turn and deliberately call him a boy
Think of a puppy at my grandfather age
Do you believe that he’s a small dog?

Policeman where is the respect gone?
oh yeah
Policeman where is the respect gone?
You lost it

Come to the house of my grandmother
Trying to search down for a boy
Turn and look at her and take out your big gun
And look at her and say grandma don’t run
She ain’t do a thing

Policeman where is the respect gone?
Oh Lord
Policeman where is the respect gone?
I’m asking you
Policeman where is the respect gone?

Walk on the street and meet a boy underage
You didn’t know his qualifications
Instead you teach him inteligency and education
You take out your big thing and you show it to him

Policeman where is the respect gone?
Let’s clean up society
Policeman where is the respect gone?

Linger in a bar and you drink white rum
Cuss her and her like any other one
And if I voice now on her
You carry me gone to station
To get your satisfaction
And even trim I dreads

Policeman where is the respect gone?

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Lion Youth – Rat A Cut Bottle

Lion Youth est un artiste d’origine Jamaïcaine né et basé à Londres, les informations le concernant sont peu nombreuses mais on sait que sa carrière musicale s’établi en Angleterre et débute dans les années 70. Il sort en effet les quelques singles et son seul album LP,  » Love Comes and Goes » sur le label anglais Virgo Stomach. Sa particularité est qu’il est, à ma connaissance, le seul artiste à avoir émulé le style d’écriture et de chant de Gregory Isaacs. A tel point que sur son Hit « Rat a Cut Bottle » il est difficile de les distinguer à première écoute! Le morceau lui même est plein d’expressions yardies et pourrait aussi bien être écrit à propos de la Jamaïque que de l’Angleterre. En effet dans les années 70 et 80 beaucoup d’artistes reggae basés en Angleterre cherchent à être proche de ce qui se fait en Jamaïque et il y a un sentiment général que le reggae de là bas est plus authentique que celui produit en Europe. Pour cette traduction j’ai aussi ajouté la partie toasté par le DJ dont le nom n’est mentionné nul part et qui pourrait bien être Lion Youth lui même dans un style vocal différent. Içi comme sur une bonne partie des vinyls 12 pouces de l’époque la version chantée et agrémentée d’une version toasté sans interruption.

NDT : 1/ l’expression « Rat ah Cut Bottle » n’a pas d’équivalent français et on peut la comprendre comme ceçi: les rats ayant tellement faim qu’ils apprennent à couper le verre afin d’accéder à la nourriture qui se trouve à l’intérieur des contenants dans ce matériau

2/ Ben Johnson Day : une expression Jamaïcaine qui fait référence au jour avant la paye hebdomadaire, où beaucoup de gens n’ont plus un sous en poche et donc mangent peu ou pas du tout. L’expression viendrait d’un propriétaire de plantation qui donne son nom à cette journée

3/ cucu-maka stick: un baton plein d’épines

4/ Tam : bonnet Rasta

Les temps deviennent si durs que les rats se mettent à couper les bouteilles
C’est une situation face à laquelle l’homme pauvre n’a pas de solution
Les temps deviennent si dur que l’on ne peut pas trouver de boulot
C’est une situation que l’homme pauvre ne peut pas soutenir

Lire la suite

JOHNNY OSBOURNE – CAN’T LEAVE JAH

Johnny Osbourne nous donne ici une superbe déclaration de sa foi en Haile Selassie, Jah Rastafari. Produit par King Jammy’s au début des années 80 sur une version revisité du Solomon Riddim, il nous rappel les raisons de la légitimité de Haile Selassie et réfute l’idée qu’il soit décédé en 1975 comme l’affirme le Derg, le mouvement révolutionnaire éthiopien qui prend le pouvoir en 1974…

Ndt : 1/ Lorsque les Rastas font référence à Israël, comme ici, c’est le plus souvent dans l’idée que la diaspora noire issu de l’esclavage est en réalité le peuple Juif mentionné dans la Bible. L’étoile de David fait partie de la symbolique de la royauté éthiopienne faisant allusion à la parenté du premier Empereur éthiopien Ménélik qui serait issu de l’union du Roi Salomon et de la Reine de Saba et c’est pour ces raisons que l’on retrouve cette étoile dans beaucoup de l’iconographie Rasta.

2/ HIM: en anglais cela veut dire « lui » mais dans le contexte de Haile Selassie
cela fait référence à un des ses titres His Imperial Majesty, Sa Majesté Impériale.

3/Lying lips is an abomination to the Lord : Proverbs 12:22

On ne peut pas laisser tomber Jah
Israël
Non

Lire la suite

PAPA SAN – DANCEHALL GOOD TO WE

Papa San est un artiste issu des sound systems où il débute avec des sounds tels que Black Scorpio et Creation à la fin des années 70. Ses premières productions arrivent au début des années 80 et il est reconnu pour son « fast style » autrement dit son habilité à toaster rapidement sur les riddims qu’on lui propose.

Ici c’est un des ses plus gros hits où il exprime son amour pour le dancehall, le lieu où l’on vient danser sur la musique joué par un sound system, et la musique qu’on y entend!

Ndt : 1/ lorsque il dit « it’s a shame » ( c’est une honte ) ce n’est pas péjoratif
ils’agit la d’une inversion du sens comme on peut le retrouver en français lorsque on dit par exemple qu’une musique est « terrible »…

2/ Della Move est un pas de danse des années 80, idem pour Get Down Flat
3/ A1 : de la meilleur qualité
4/ Sweet Sop : fruit caribéen
5/ Curry Goat Box: dans les soirées sound systems ce plat jamaïcain est souvent servi dans une boite

Que peux tu faire pour arrêter le dancehall?
Quand la musique te frappe tu ne ressens aucune douleur
C’est une honte
C’est le dancehall qui est au contrôles tout le temps
Choeurs: Le Dancehall est bon pour nous

Lire la suite

Tony Tuff – Pass the Ball

Tony Tuff, ancien membre des African Brothers, entame une carrière solo à la fin des années 70 en travaillant avec de nombreux producteurs différents tels que GG’s, Yabby You ou encore le groupe Soul Syndicate. En 1983 C’est chez Channel One qu’il enregistre ce titre produit par Niney the Observer à propos d’un des sports favoris des Jamaïcains, le Football! La cible du morceau est un joueur qui semble un poil égoïste!

Passe la balle, fait en sorte qu’elle circule
Passe la balle, ne perd pas de temps

Dribblant et dribblant
On dirait que tu as oublié
Il n’y a pas que toi qui joue
Tu peux entendre les joueurs qui hurlent

Passe la balle, fait en sorte qu’elle circule
Passe la balle, ne perd pas de temps

Te cognant et essayant de faire une place
Mais tu ne marques jamais
Te comportant comme une star
Mais tu ne vas pas bien loin

Passe la balle, fait en sorte qu’elle circule
Passe la balle, ne perd pas de temps

Aucun homme n’est un île,
Aucun n’homme ne peut exister seul
Passe le truc à un autre homme
Ne le garde pas pour toi seul

Passe la balle, fait en sorte qu’elle circule
Passe la balle, ne perd pas de temps

Passe la balle Monsieur Égoïste

Bougeant et jonglant
as tu oublié
Que c’est une équipe qui joue?
Tu peux entendre les spectateurs qui hurlent

Passe la balle, fait en sorte qu’elle circule
Passe la balle, ne perd pas de temps

English/Patois:

Pass the ball, make the ball go round
Pass the ball, don’t stall

Dribbling and dribbling
It seem you have forgotten
It’s not you alone playing
You can hear the players them shouting

Pass the ball, make the ball go round
Pass the ball, don’t stall

Bumping and boring
But you’re never scoring
Going on like a star
But you’re not getting very far

Pass the ball, make the ball go round
Pass the ball, don’t stall

No man is an island
No man can stand alone
Pass the thing too the next man
Don’t keep it all for your own self

Pass the ball, make the ball go round
Pass the ball, don’t stall

Pass up the ball Mr Selfish

Rocking and juggling, have you forgotten
It’s a team that’s playing
You can hear spectators shouting

Pass the ball, make the ball go round
Pass the ball, don’t stall

Translation Copyright James Danino

KINGSTONIANS – SUFFERER

The Kingstonians est un trio vocal qui se sont formés à l’époque où le Rocksteady apparaît en Jamaïque. Le Rocksteady étant un nouveau style issu du Ska mais ou les rythmes sont un peu plus ralentis et ou les cuivres ont moins d’importance voir disparaissent complètement. Le trio est composé du chanteur lead Jackie Bernard, de son frère Lloyd Bernard et de Lloyd Kerr. Le thème du morceau utilise un terme propre à la Jamaïque « sufferer », autrement dit ceux qui souffrent matériellement, ceux qui sont pauvres. Cette idée de souffrance a été décliné dans un mot qui n’existe que en Jamaique « sufferation » pour parler de la souffrance. De manière général dans le morceau on retrouve une façon de parler purement locale et destiné à un public local, comme « we a liver » nous somme ceux qui sont en vie.

Nous sommes des « sufferer », des « sufferer », des « sufferer »
Nous ne l’avons pas, ne l’avons pas, ne l’avons pas
Le quotidien devient de plus en plus dur tous les jours
Nous sommes des « vivants », des « vivants » des « vivants »
Que doit on faire lorsque on ne l’a pas
On marche jour et nuit, nos chaussures pleines de trous
On ne peut pas obtenir d’argent pour s’acheter a manger
Nous sommes des « sufferer », des « sufferer », des « sufferer »
Je n’ai pas de travail

ENGLISH PATOIS :

We, a sufferer, a sufferer,a sufferer
We no got it, no got it , no got it
Time getting harder and harder every day
We, a liver
What we fi do when we no got it
We walk day and night with our shoes full of holes
Can’t get no money to buy ourselves some food
We, a sufferer
I have not this work

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

JOHNNY OSBOURNE – PURIFY YOUR HEART

Johnny Osbourne se distingue souvent par ses textes abordant des sujets variés et de manière originale. Une des bases du mouvement Rasta était le rejet de la religion telle qu’elle été présenté et vécue en Jamaïque, c’est à dire surtout le Christianisme inculqué de force pendant l’esclavage. Les Rastas ont toujours fustigé ce qu’ils considèrent comme des « cœurs-faibles  » qui se disent croyants mais qui n’appliquent pas leurs préceptes religieux à leurs propres vies. Ici c’est l’illustration de cette idée lorsqu’il parle des fidèles et la messe mais aussi à la fin du texte il élargit le propos en faisant le parallèle avec les dreadlocks. Il rappelle que de la même manière que ce n’est pas le fait de se rendre régulièrement à l’église qui fait qu’un homme est bon, pareillement ce n’est pas la longueur des dreadlocks qui indique la profondeur de la foi!

Tu te rends à l’église le dimanche
Il n’y a plus d’amour dans ton cœur le lundi
Tu essayes de me démontrer que
Tu te connais toi même
Tu as intérêt à purifier ton cœur, et ainsi tu te connaîtras
Tu as intérêt à purifier ton cœur, et ainsi tu te connaîtras

Lire la suite

MACKA B – SEX MACHINE

Macka B est un Singjay originaire de Jamaïque mais qui a grandi à Birmingham en Angleterre. Il commence comme tout les DJ et Singjays de l’époque en faisant son apprentissage sur un sound system. Pour lui ça sera Wassifa, l’un des plus réputés de Birmingham et parmi les sounds « hors capitale ». Ce qui l’a toujours distingué c’est l’originalité des sujets qu’il aborde est sa capacité à écrire des textes intelligents et bien ficelés.C’est d’ailleurs un des seuls Singjay « anglais » à avoir eu du succès en Jamaïque et qui tourne avec son groupe à travers le monde. Ici il aborde un thème intéressant qui est celui du rapport des hommes envers les femmes. Le monde de manière générale est un monde dominé par les hommes et la Jamaïque n’échappe pas à ce constat. Les Jamaïcains étant en majorité de fervents chrétiens, il y a une tendance au machisme et à réduire les femmes à une position subalterne même si comme toujours dans la vie les généralités sont a prendre avec prudence. On peut aussi dire que pour beaucoup de Rastas, même si il y a un respect de la femme à travers une requalification en « reine », beaucoup d’idées chrétiennes sur les rôles et la place des uns et des autres restent imprégnés dans les mœurs. Macka B lui voit les choses d’un autre œil :

ps : pour moi les versions live de ce morceau sont encore meilleures que la version studio !

Alors y’en a qui agissent comme si les femmes n’étaient là que pour une seule chose
Mais la femme c’est plus que de la peau, de la chaire et des os
Donc toute les filles dotées de bon sens celle ci c’est pour vous

C’est plus qu’une machine à faire l’amour
La femme est un être humain

Lire la suite

DADDY FREDDY – BAD BOY PATROL

Daddy Freddy est un artiste issus de l’écurie Youth Promotion, la structure qui comprend un label et un sound system créé par Sugar Minott. C’est dans les années 80 que l’on commence a remarquer ce jeune à l’apparence timide mais qui au micro est un des plus redoutables DJ! En effet c’est surtout pour son ‘Fast Style’ qu’il est reconnu et il deviendra plusieurs fois détenteur du record mondial pour le nombre de syllabes dites en une minute!

Le morceau lui même aborde le quotidien des habitants du ghetto à cette époque très marquée par la violence entre les gangs qui soutiennent les partis politiques opposés! Lorsqu’il parle de l’Opel c’est un peu comme les Mondeo en france, une voiture souvent utilisé par la police comme voiture banalisée et il exprime donc à travers le titre et sa description que les policiers peuvent être aussi mauvais que les bandits…

A noter que comme souvent avec les DJ, le texte peut s’écarter un peu du sujet principal par moments. C’est souvent du au fait que les artistes écrivaient peu leur textes mais travaillaient beaucoup en improvisation, autant en soirée qu’en studio>

Il faut aussi dire que dans ces styles rapides même les jamaïcains ont souvent du mal à comprendre l’intégralité du texte et ça a été un rude défi de le transcrire!

NDT: Phenomenum One est un gimmicks souvent utilise par les toasteurs rapides.

Opel! Opel!
Seigneur Jesus

La patrouille des bandits
Vient prendre connaissance de la patrouille des bandits
Ce sont des faits

Lire la suite

WINSTON FRANCIS – MR FIX IT

Winston Francis est un de ces chanteurs dont la Jamaïque à le secret. Des ses débuts en 1968 chez WIRL records, sous le nom de Bobby Francis, il impressionne avec sa reprise du hit de Sam Cooke « Chain Gang ». Il récidive rapidement avec des hits comme  » Your Cheating Heart » et sa reprise fabuleuse de « Too Experienced ». Et c’est chez Studio One qu’il signe l’un de ses plus gros hits dont le titre deviendra partie intégrante de son nom et que je traduis içi! Winston Francis affirme que c’est sous direction qu’Ernest Ranglin compose l’instrumental d’après la mélodie et le texte que Francis lui chante. Les musiciens du jour à Studio One font partie des meilleurs de l’île, Leroy Sibbles (chanteur des Heptones) à la basse, Horsemouth Wallace à la batterie, Jackie Mitoo aux claviers et Vin Gordon et Deadly Headley aux cuivres! L’instrumental sera repris et modifié par Treasure Isle qui sortira « I’ll be Lonely » de John Holt et Joya Landis, un autre immense classique !
A noter que malgrès le succès de ce morceau Francis affirme que son plus gros hit n’est pas un morceau de reggae mais un morceau Disco/Funk « Extra Carefull »
enregistré à Londres sous le nom de Billy Cole! Un artiste au multiples facettes et aux multiples pseudonymes il enregistre aussi un très gros hit sous le nom de King Cool en reprenant le standard de Ben E King  » Stand by Me », le disque se vendra a 90 000 copies rien qu’en France!
Le texte lui même « Mr Fix It » est de toute beauté et ce sont des mots simples mais parfaitement choisis et chantés ! Il a été repris de nombreuses fois par des artistes tels que Max Romeo, Beres Hammond,Freddie McGregor, Sugar Minott Dennis Brown, Errol Dunkley, Jackie Edwards, Junior Delgado, Yellow Man et UB 40!

NDT en anglais Mr Fix It c’est celui qui touche à tout et peut réparer les choses.

Si tu te sens seul
car ton seul et unique
chéri s’est trouvé un autre fille
et s’est enfui
Il te suffit de tendre la main pour ton téléphone
Je serais chez moi
Je m’appelle Répare-Tout
Et je serais là

Lire la suite

JAH MARNYA – I N’ I NAH

La musique jamaïcaine a donné naissance a de nombreux genres et descendants hybrides à travers le monde. En Angleterre, l’ancien pays colonisateur, il y a une très grande population jamaïcaine et d’origine jamaïcaine ce qui a généré des nouveaux types de reggae et par conséquent une nouvelle branche indépendante de cette musique des caraïbes. Ce que beaucoup de gens appellent aujourd’hui le Dub est en fait le nom donné à ce type de reggae qui vient d’Angleterre et qui se distingue par une rythmique et une manière de concevoir la production assez différente de la musique jamaïcaine. En effet elle est initialement basé autour du rythme jamaïcain dit « rockers », c’est a dire un tempo rapide avec des temps plus marqués à la grosse caisse et qui laissent moins de « vides » ce qui a pour effet de créer un musique qui parait plus chargé et peut paraître plus dynamique.

En Angleterre il y a eu un style « local » de reggae avec des groupes phares comme
Aswad et Steel Pulse par exemple, mais ce qu’on appelle aujourd’hui en Europe le « Dub » et en Angleterre le « Steppers » n’est apparu que dans les années 80 dans ses premières formes. La majorité, pour ne pas dire tous, des sound systems anglais suivaient les modes jamaïcaines jusqu’au début des années 80. La scission s’est opéré lorsque un nouveau style d’artistes, de thèmes et de type d’instrumentaux sont apparus en Jamaïque pour s’orienter vers ce que l’on appelle parfois le  » early dancehall ». En Angleterre certains sounds tel que Sir Coxsone ou Saxon Studio ont suivi les nouvelles tendances alors que un autre courant s’est formé avec des sounds comme Channel One et Jah Shaka, qui en partie à cause de leur foi Rasta, ont préféré rester avec les productions dites plus « roots and culture » ainsi qu’en gardant leur focus sur les rythmes rockers. Ces rythmes rockers n’étant plus à la mode en Jamaïque, c’est en Angleterre qu’ils se perpétuent en se modifiant au fil du temps pour devenir le « Steppers » où l’on a mis m’accent sur les infra basses, les temps très marqués sur la grosse caisse et des ambiances dites « méditatives » pour les amateurs « glauques » pour ceux qui sont moins fans…

En tout cas cette musique dite « Steppers » plait à un public européen et la facilité de production de ses instrumentaux, le plus souvent conçus sur ordinateurs avec des structures simples et assez ressemblantes les unes aux autres, permet à toute un nouvelle génération de producteurs de voir le jour un peu partout en Europe. Pour ma part je suis rarement fan de ce courant là de la musique d’ascendance jamaïcaine mais comme dans tout on peut trouver des producteurs et artistes talentueux et c’est le cas avec ce morceau produit par un Label Franco-Sénégalais Amouli Bayi ( ndt Ne Jamais Abandonner en Wolof) et le singjay Jah Marnyah. Un texte intelligent et bien écrit posé sur un riddim lui aussi bien construit et dansant à découvrir :

Chantez le haut et fort
Que je vous entende le crier (Jah)

Lire la suite

Sizzla – No White God

Sizzla est un artiste débordant de talent qui a, depuis ses débuts au milieu des années 90, bâtit une solide carrière comprenant de très nombreux hits internationaux. Sizzla c’est aussi un artiste au nombreuses polémiques et apparentes contradictions… Il est membre de l’ordre de Bobo Ashantis, une branche particulièrement traditionaliste du mouvement Rastafari, qui base leur préceptes sur une interprétation de la bible qui leur est propre. Sizzla, lui, dit tout haut ce que certains rastas pensent tout bas et n’a pas peur d’aliéner une partie de son publique en exprimant des points de vues radicaux sur de nombreux sujets. Un des préceptes généralement accepté par tout les personnes se disant du mouvement Rastafari est la reconnaissance d’une forme de divinité en la personne de l’Empereur d’Ethiopie Haile Selassie I. les points de vues et croyances sur son rôle et sa qualification exacte divergent selon les courants et les individus mais le fait que Haile Selassie soit un Roi noir est d’une grande importance pour beaucoup de Rastas et dans ce morceau Sizzla fait l’opposition entre le Dieu blanc imposé par l’esclavage et le Messie noir venu libérer les opprimés et plus particulièrement les noirs opprimés. Un texte très intéressant qui a beaucoup fait jaser lorsqu’il est sorti !

Ne me séduisez pas pour réduire ma connaisance
car je romprais continuellement ces barrières
et détruirai l’esclavage
Ô Seigneur Dieu Tout Puissant accorde mes privilèges
car tu vois je dois surmonter tout ces méchants
eux et leur faux concepts

Lire la suite

Eek A Mouse – What Me Ago Do ?

Eek A Mouse est un artiste et un personnage unique, que ce soit dans ses textes et styles vocaux ou sa manière de se présenter il a toujours chercher à se démarquer des autres et être original. Il a eu un grand succès dans les années 80 qui l’ont vu tourner partout dans le monde et produire des albums fantastiques. Cependant à la fin des années 80 un changement commence à se percevoir chez lui, il se décris lui même à de nombreuse reprises comme étant fou et la qualité de ses productions commencent à être plus variable.
Aujourd’hui Eek A Mouse a défrayé la chronique plus d’une fois avec des accusations ( qu’il réfute ) de viol qui lui on valu d être emprisonné puis extradé du Brésil. Comme de nombreux artistes Eek A Mouse a le sentiment, certainement justifié, de ne pas avoir été rétribué à sa juste mesure et d’avoir été spolié par des producteurs et autres acteurs du reggae business. Ce sentiment se développe et se cristallise suite à l’utilisation d’un sample d’un de ses hits utilisé par Damian Marley. Depuis il a fait plusieurs morceaux où il insulte gravement la famille Marley dans sa généralité. Ce morceau est intéressant car il marque un peu le début de ses manifestations dans la musique de Eek A Mouse, superbement interprété c’est une description de sa vision de son environnement et une supplique au Tout Puissant d’intervenir pour l’aider car il sait qu’il est un  » bon garçon » …

Seigneur entends ma plainte
Mon Seigneur entends ma plainte

Que vais je faire Seigneur
Je sais que je suis un bon garçon

Lire la suite

Super Cat and & Nicodemus – Live on Sir Coxsone UK

Le sound system est un des éléments cruciaux de la diffusion mais aussi de la création de la musique Jamaïcaine dès ses débuts dans les années 50s. En effet au delà d’être un des seuls moyens d’entendre de la musique jamaïcaine alors qu’elle n’étaient pas diffusé par les grands médias, les soirées sound systems ont aussi donné naissance au « toasting » et a participé à créer de nouveaux style musicaux et d’expression propres à ces soirées. Les soirées sound systems sont devenus des endroits où l’on joue de la musique qui a été conçue pour satisfaire les gens qui cherchent autre chose que le format classique de diffusion et d’écoute. De ce fait les artistes adaptent aussi leur textes lors de ces soirées pour parler de ce qui s’y passe et aborder plus librement leurs points de vues sur ce qui se passe dans le monde en général. Il y aussi toute une catégorie d’artistes dit « sound artist » qui ne sont pas forcement des artistes qui enregistrent beaucoup de morceaux pour sortir commercialement mais qui ont une grande popularité dans le milieu du sound system. Il y aussi des stars internationales qui en sont issus et c’est le cas içi avec Super Cat et Nicodemus. Ces deux toasteurs ont commencé et évolué dans les sound systems et c’est grâce à leur popularité qu’ils deviendront des artistes reconnus internationalement et qu’on enregistre. A tel point que Super Cat signera au début des années 90 un contrat avec la grande maison de disques Columbia, puis Sony. Içi c’est un extrait d’une soirée sound system en Angleterre avec l’un des sound systems les plus populaires de l’époque Sir Coxsone (UK), les deux toasteurs ont déjà une notoriété internationale dans le milieu des sounds comme étant parmi les meilleurs de leur temps et ont déjà quelques enregistrements a leur actifs. Découvrons comment il s’expriment en direct et pour un publique composé a très grande partie de jamaïcains..

Notes du traducteur :

– Posse : Peut vouloir dire groupe d’amis comme gang

– Dreadlocks, Jahman: parfois les DJ utilisent ses mots qui sont des équivalents de « mec » ou « mon pote » a cette époque là, et les utilisent pour ponctuer leurs phrases.

– Mr Fabulous : Un des surnoms de Nicodemus

– Massive: un groupe de supporters ou de fans

– Lawn : littéralement un gazon, en Jamaique la majorité des dances ont lieu en extérieur et beaucoup de clubs et de lieux ont pris le le nom  » … Lawn  » même si ils n’ont pas toujours de gazon!

– Ongle : la manière jamaïcaine de dire « only » ou seulement en français

– Eradication Squad : une unité spéciale de maintien de l’ordre qui avait pour but de s’attaquer au crime par tous les moyens même les plus mortels..

Maintenant voici le style de la 2ième partie (ndt sur l’instrumental du morceau qui vient d ‘être joué)

Lire la suite

Michael Prophet – No Friend In This Time

Un autre morceau extrait d’un de ses meilleurs album « Know the Right » qui n’est pas sorti en single et quel dommage! C’est un morceau peut être pas très connu du grand public mais qui, pour moi, fait partie des plus touchants de ses textes et performances vocales.

Je n’ai aucun ami en ces temps
Je n’ai aucun ami en ces temps

Certains ont les policiers comme amis
Certains font de leurs copines leurs amis
Certains prennent l’argent pour ami
Mais un jour proche leur vanité cessera
c’est pourquoi je dis

Lire la suite

Michael Prophet – Jah Love

Voici un morceau de Michael Prophet qui n’est pas sorti en single mais apparait sur l’album éponyme. C’est un morceau fabuleux qui réussit la rude tâche de décrire une partie des sensations qui définissent l’amour de Jah!

Ca arrive ca arrive sans aucun doute
Ca arrive ca arrive prochainement

Lire la suite

Michael Prophet – You Are A No Good

Celle ci figura aussi parmi les plus connus du Prophet pour plusieurs raisons. La version vocale a eu un succès considérable qui à au moins été égalé par la version Dub de l’ingénieur du son Scientist, celle ci apparaît sur son Album au succès international « Scientist Rids The World Of The Evil Curse Of The Vampires ». Ce morceau est aussi entré dans la culture mainstream car il fait partie de la bande son du Jeu au succès planétaire Grand Theft Auto.

Toi petite voleuse je sais que tu vas tirer la tronche

Tu es une bonne à rien, tu est une bonne à rien
A cause des choses que tu fais devant moi
C’est une bonne à rien, c’est une bonne à rien
A cause des choses que tu fais devant mes yeux

Lire la suite