Culture – Too Long In Slavery

Le texte qui suit est issu du livre « La Saga du Groupe Culture », paru aux Editions du Camion Blanc. Il apparait ici avec l’aimable cooperation de l’auteur Eric Doumerc.

« Too Long in Slavery » figurait à l’origine sur l’album International Herb (1979), sorti sur le label Virgin, en dernière position sur la face B. Toutefois, il existe une version alternative de ce titre, enregistrée en 1982 pour le DJ de la BBC John Peel. En effet, en décembre 1982, Hill et les musiciens qui jouèrent sur Lion Rock enregistrèrent des versions de « Too Long in Slavery », « Two Seven Clash », « Lion Rock » et « Armageddion War » pour John Peel. Ces titres furent diffusés sur la BBC en janvier 1983, et parurent sous la forme d’un maxi 45 tours en 1987 sur le label Strange Fruit.

Dans cette chanson, Joseph Hill nous donne une leçon d’histoire, mais cette fois adopte le point de vue des esclaves arrachés à l’Afrique pour travailler dans les plantations de canne à sucre des Caraïbes. Il faut noter que le chanteur affirme que les Noirs sont toujours d’une certaine manière des esclaves puisqu’ils ne sont pas rentrés chez eux, en Afrique, et que le passé des Caraïbes est toujours présent.

Hill mentionne deux des trois navires négriers et semble faire allusion au SS Jesus of Lübeck. On dit “semble” car en effet il dit “SS Jesus of Bath” peut etre une erreur d’innatention? En tt cas le SS Jesus of Lübeck qui, au XVIe siècle, fut l’un des premiers navires britanniques à prendre part au commerce triangulaire sous la houlette de John Hawkins, l’un des premiers marchands d’esclaves anglais, Hawkins entreprit plusieurs voyages vers les Caraïbes afin de vendre les esclaves qu’il avait capturés en Afrique de L’Ouest. L’ironie du nom de ce navire est particulièrement importante dans ce titre. Dans son livre intitulé Dread – The Rastafarians of Jamaica, Joseph Owens note que dans la tradition orale rastafarienne, le nom de Jésus est associé au navire négrier SS Jesus of Lübeck, ceci afin de montrer la perversion du message chrétien par le colonialisme: « Quand les Rastas se veulent combatifs, il affirment que « Je-sus » est le nom d’un esclavagiste, et pas d’un « sauveur », puisque l’un des navires négriers hollandais s’appelait le « Jesus of Lubeck » (Owens, 106).
Le SS Jesus of Lübeck fut l’un des premiers navires utilisés pour la traite des Noirs sous Elizabeth Ire, et, avant le processus de décolonisation, John Hawkins (ainsi que son père William) étaient présentés comme des héros dans les manuels d’histoire, car leurs navires avaisent servi à vaincre la puissante « Invincible Armada » en 1588, lors de la tentative d’invasion de la Grande-Bretagne par les forces espagnoles.
Avec ce morceau, Culture et Joseph Hill tentaient donc de rectifier le tir en insistant sur le fait que les navires de Hawkins avaient été aussi, et peut-être surtout, des navires négriers.

Depuis trop longtemps le peuple de Jah souffre sous ce même système
La pénalisation, la victimisation, le complexe d’inferiorité et tout le reste
Oui mec
Parqués dans le ghetto et c’est si difficile de s’en extraire

Lire la suite

Sugar Minott- Lover’s Race

Sugar Minott est un de ces grands acteurs de la musique Jamaïcaine qui a été un peu oublié ou deconsideré. Que ce soit en tant que chanteur, en tant que propriétaire de sound ou en tant que producteur, son apport ne peut être sous-estimé.
Il s’est illustré à travers les époques autant en tant que chanteur « conscious » qu’en tant que chanteur « lovers ». C’est pour ce côté « lovers qu’il reste le plus reconnu en Jamaïque et ce morceau figure parmi ses classiques absolus. En Jamaïque, comme dans des nombreuses communautés de la diaspora noir survivante de l’esclavage, le rapport à la monogamie et à la famille n’est pas le même que dans les societés occidentales En effet il est presque normal de grandir dans une famille sans père et même les hommes mariés ont souvent des enfants avec des femmes autres que celles avec lesquelles ils se sont mariés. Dans ce morceau Sugar assume entièrment le fait de ne pas se restreindre à une seule femme et affirme qu’il n’y voit aucun inconvenient et que le seul problème est la jalousie des femmes…

NB : Nous faisons le choix de traduire les textes plutôt de manière littérale pour rester fidèle au sens initié par la langue d’origine. La syntaxe française comporte donc parfois des erreurs.

Elles me courrent après
Les femmes dans ma vie

Lire la suite

Pioneers – Long Shot Kick The Bucket

La société Jamaïcaine est largement influencé par la culture Britannique, ayant été sous sa dommination pendant un peu plus de 300 ans. Un des éléments que les Britanniques ont installé là-bas est la culture des course Hippiques. En 1959 l’unique hippodrome de l’île, Caymanas Park, est ouvert sur une ancienne plantation sucrière et les courses hippiques y ont lieu depuis. Comme toutes les formes de pari, les courses hippiques représentent un éspoir, pour l’homme qui a peu, de devenir subitment riche en pariant sur le bon cheval. Toutes les formes de paris sont mentionnés dans la musique Jamaïcaine, que ce soit les jeux de dès, les jeux de cartes ou les jeux de chance et les courses hippiques n’échappent pas à cette règle. Une bonne facon de jauger l’importance de ces courses est de noter le nombre et les for,es diverses de références qui y sont faites dans la musique. Il y a des artistes qui ont pris des noms de cheveaux de course (Eek a Mouse est l’exemple le plus connu), il y a les artistes qui ont étés jockey (Cooca Tea), certains artistes sont propriétaires de cheveaux et d’autres y font regulièrement allusion dans leur chanson (Super Cat par exemple). Il y aussi de nombreuses références aux courses ou aux cheveaux de courses tout au long de l’histoire de la musiqe Jamaïcaine. Ce morceau des Pioneers en est certainement l’exemple le plus connu. Sorti en 1969 sur pas moins de 11 éditions separées et dans 5 pays differents sur les labels Trojan et Fontana, un subsidiare de Phillips, ce morceaux est un des premier grand hits internationaux de la Jamaicaïne.
Le morceau aborde le sort de Longshot, un cheval de course qui ne gagnait pas beaucoup de courses mais qui avait attiré la sympathie des Jamaïcains. D’une part parce que c’était le chaval de course le plus agé à encore courir mais aussi parce qu’il representait une forme de tenacité et d’endurance un peu symbolique dans un pays où la majorité de la population était pauvre et avait besoin de faire preuve de force de caractère pour faire face à l’adversité de la vie. Ce n’était pas le premier morceau des Pioneers à son sujet mais c’est celui ci qui captura l’attention du pays et des auditeurs un peu partout dans le monde.
La chanson relate la dernière course de Longshot qui termina sa carrière de manière dramatique ce qui l’installa un peu plus dans la mémoire collective.

NDT: 1/ un « long shot  » en anglais signifie une action qui a peu de chances d’aboutir au succes.
2/ to « kick the bucket » signife en argot anglais mourir

Je dis que de pleurs et gémissements
Au Park Caymans

Longshot est mort
Ca s’est passé lors de la première course
Et cela a refroidi tout le monde
Longshot est mort
Longshot est mort

Il a gémit, il a gémit, il s’est battu
Mais il n’a pas été capable de supporter la piste
Longshot est mort
Longshot est mort

Il y avait Gay Blade, Combat et Carrousel
Et Longshot courrait le long de la barrière
Combat est tombé, Longshot est tombé
Tout notre argent a été perdu
Longshot est mort
Longshot est mort

ENGLISH PATOIS :

Say what a weeping and a wailing
Down ah Caymanas Park

Longshot kick the bucket
It happen it happen in the first race
And it cold up the place
Longshot him kick the bucket
Longshot kick the bucket

Him wail him wail him rail
But he couldn’t take the trail
Longshot him kick the bucket
Longshot kick the bucket

It was Gay Blade, Combat, Carousel
Longshot on the rail
Combat fell Longshot fell
All me money gone ah hell
Longshot him kick the bucket
Longshot kick the bucket

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Kabaka Pyramid – Can’t Breathe

Kabaka Pyramid fait partie de la nouvelle génération d’artistes reggae en Jamaique. Avec des chanteurs comme Chronixx, Protoje ou encore Mortimer, ils représentent une nouvelle vague de talents qui ne s’inscrivent pas dans les modes dominantes là-bas mais cherchent à faire passer des messages et renouer en quelque sorte avec les contenus du reggae de l’âge d’or. J’aime particulièrement Kabaka pour ses textes intelligents et contenant des approches et points de vue qui semblent personnels et originaux. Dans ce texte, par exemple, Kabaka fait le parallèle entre cette phrase, « I can’t breathe », exprimée par Eric Garner pendant qu’il se faisait étouffer par des policiers en Amérique et un système plus général dans lequel s’inscrit ce genre de meurtre atroce. Sa manière de décrire les choses est pour moi pertinente et sensible. Un autre de ses parallèles se trouve dans le double sens du mot « spell » qui en anglais veut dire la capacité d’écrire ou épeler les mots correctement mais qui signifie aussi un sortilège…

Précis et immaculé

Le système est une tension et un désordre
Je le ressens comme une douleur thoracique
Les gens ont besoin de repos

Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer
Quand les enfants ne savent ni lire ni écrire

Beaucoup ne savent épeler et c’est sous ce sortilège qu’ils nous ont placés
On ne peut différencier les hommes des femmes ici
Les gens enflent et la nourriture nous donne le cancer
Ca fait si longtemps qu’on leur rappelle les bienfaits de la ganja
Ils n’aiment pas l’odeur donc on a pas de sponsors
Les entreprises de rhum et de cigarettes sont prévalentes
L’argent ne circule pas le ghetto est dans la stagnation
Il faut être costaud comme le porteur de drapeau de Junior Gong

Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je me sens claustrophobe
Dans un système où il n’y a pas de croissance économique
Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer
Quand les enfants ne savent ni lire ni écrire

Dans les abysses de cette pollution mentale
Ils veulent que l’on plonge vivant dans le dénuement
Mais pourtant nous survivons malgrè la persécution
Nous sommes humbles comme des enfants car cette révolution
Est d’un genre différent, nous avons un esprit différent
Nous regardons des signes différents vivant dans des temps différents
Je sens la fréquence changer autour de moi
C’est comme si l’anxiété me noyait

Je dis que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je me sens claustrophobe
Dans un système où il n’y a pas de croissance économique
Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer
Quand les enfants ne savent ni lire ni écrire

Longtemps que le Rastaman les prévient
De laisser tomber la viande sanglante et de se tourner vers les fermes
Maintenant ils mettent des maladies dans le maïs
Et la putain de fève de soja, les tumeurs se forment
Et les jeunes sont l’avenir mais pourtant la police les enferme
Dite à la reine Elizabeth de nous donner ce que nous exigeons
Un chant de rapatriement vers la terre-mère
Et donc oui on est parti, on ne veut pas se résoudre à faire usage de violence

Car on ne peut pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je me sens claustrophobe
Dans un système où il n’y a pas de croissance économique
Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer
Quand les enfants ne savent ni lire ni écrire

Le Rastaman chante maintenant
Le Nyahbingi doit résonner
Babylon est en train de brûler
Et le Roi Selassie porte la couronne

Je dis que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je me sens claustrophobe
Dans un système où il n’y a pas de croissance économique
Je sens que je ne peux pas respirer dans cette suffocation
Les gens vivent dans la souffrance
Je ne peux pas respirer, je ne peux pas respirer
Quand les enfants ne savent ni lire ni écrire

ENGLISH PATOIS :

Accurate, Immaculate

Them system is a strain and a mess
Me feel like it like a pain inna me chest
The people need a rest

Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me can’t breathe
When the youths can’t write and can’t read

Many can’t spell but ah that them have we under
You can’t tell the man them different from woman yah
The people them ah swell the food ah give we cancer
Look how long we ah tell them bout the benefits of ganja
Them no like the smell so we no get no sponsor
Rum and cigarette company them running rampant
No money nah flow the ghetto get so stagnant
You haffi strong like Junior Gong flagman

Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me feel claustrophobic
Up in system where no economic growth is
Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me can’t breathe
When the youths them can’t write and can’t read

Inna the depths of this mental pollution
Them want we take a dive living in destitution
But still we ah survive in spite of persecution
We humble as child because this revoltuion
Is of a different kind we have a different mind
Ah pree some different signs living in a different time
I can feel the frequency changing around me
It’s like the anxiety ah drown me

Me say me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me feel claustrophobic
In system where no economic growth is
Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me can’t breathe
When the youths can’t write and can’t read

A long time the Rastaman ah warn them
Fi low the bloody meat and take it to the farm them
Now ah just disease them ah put inna the corn
And the damn soya bean , tumor start form
And the youth them ah the future yet police ah remand them
Tell Queen Elizabeth give we weh we demand
Repatriation chant to the mother land
Yes we gone then, we no want resort fo go harm them

Cause we can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me feel claustrophobic
In system where no economic growth is
Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me can’t breathe
When the youths can’t write and can’t read

The rastaman is chanting now
The Nyahbhingi haffi sound
Babylon is Burning down
Ah King Selassie I ah wear the crown

Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me feel claustrophobic
In system where no economic growth is
Feel like me can’t breathe inna this yah suffocation
The people living inna sufferation
Me can’t breathe, me can’t breathe
When the youths them can’t write and can’t read

TRNASLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Daweh Congo – Make Them Fight It

Une des particularités de Daweh Congo, au-delà de son style vocal, est la qualité et la profondeur de ses textes. Depuis ses débuts, il a écrit des morceaux abordant des thèmes variés, certains comme ici des thèmes qu’on pourrait dire vus et et revus dans la reggae. Cependant, là où Daweh Congo se distingue des autres c’est dans son approche et sa réflexion. Ici c’est une analyse minutieuse du rôle de la politique dans la société qui amène à une conclusion simple et des recommandations claires. Ce texte remet l’individu au centre du problème et nous enjoint de laisser les politiciens et les riches mener leurs guerres eux-mêmes contre eux-mêmes. Il nous pousse finalement à cesser d’être les pions d’un système qui ne profite qu’a un petit nombre qui eux ne se salissent pas les mains.

NDT: 1/ standpipe: littéralement tuyaux vertical, cela fait référence ici à ces robinets communs que l’on trouve dans les quartiers pauvres où les maisons ne sont pas raccordées au reséau d’eau courante pour tous.

2/ firestick: ici c’est un argot pour arme à feu

Combien de seaux vide, combien de robinets publics cassés
Combien de sans domicile fixe
Combien de nuits sans sommeil
Alors que ceux qui n’ont rien paient le prix
Pour des services que le système n’a jamais assurés

Lire la suite

Bob Marley and The Wailers – Duppy Conqueror

L’article si dessous est ecrit par Eric Doumerc, j ai rajouté le dernier paragraphe:

Les Wailers ont enregistré « Duppy Conqueror » en 1969 au studio Randy’s sous la houlette de Lee Perry et le 45 tours est sorti en 1970. Cette chanson apparaît aussi sur l’album African Herbsman (1973). Les Wailers ont réalisé une nouvelle version de cette chanson pour leur second album, Burning (1973).
Il s’agit vraiment d’une chanson associée aux Wailers des débuts, et Bob Marley ne l’incorpora pas à son répertoire pendant sa phase « internationale ». Il y a donc très peu de versions « live » de ce morceau ( on le trouve sur le CD live enregistré à Leeds).

Il s’agit avant tout d’une histoire de fantômes, et ces histoires font partie de la tradition orale de la Jamaïque. Dans son livre Jamaican Folk Tales and Oral Histories, Laura Tanna nous rappelle que les « duppy stories » mettent toujours en scène un voyageur solitaire qui rencontre en chemin un personnage étrange qui est peut-être un fantôme. Le mot « duppy » fait référence aux esprits des morts qui continuent à errer et à hanter le monde des vivants en raison de rites funéraires non accomplis.

Le texte des Wailers correspond à ce schéma, mais avec une différence majeure: le personnage principal est de toute évidence un Rasta qui essaye d’atteindre le Mont Sion, et doit affronter des obstacles. La chanson des Wailers n’est donc pas qu’une simple histoire de fantômes…

Dans sa biographie de Bob Marley (Bob Marley – The Definitive Biography of Reggae’s Greatest Star), le journaliste américain Stephen Davis voit dans le « duppy » de la chanson le symbole du système judiciaire jamaïquain de l’époque, répressif et néo-colonial. Le tueur de fantômes serait donc associé aux Rastas afin de débarrasser la Jamaïque de ses reliques coloniales, et ainsi les esprits des morts pourraient reposer en paix. D’après Davis, le « duppy » de la chanson serait un esprit issu du cadavre pourrissant du passé colonial jamaïquain, et le rôle du Rasta est précisément de faire en sorte que ce passé ne hante plus les vivants.

Une autre interprétation pourrait opposer les vielles croyances ou superstitions liées aux fantômes, et la « nouvelle » religion qui devenait de plus en plus populaire à l’époque, le Rastafarisme. En effet, les Rastafariens étaient à une certaine époque connus pour leur aversion envers ces superstitions. Le personnage de la chanson proposerait donc un nouvel avenir, tourné vers le Mont Sion, et non plus vers le passé et ses vielles croyances. D’où le symbolisme du pont, qui évoque le passage d’un monde à l’autre.

Parmi les trois Wailers, Peter Tosh est celui qui a toujours été le plus interessé et qui a eu le plus d’interaction avec ce monde du surnaturel. Cette interaction se manifeste dans sa vie physique et dans musique plus particulièrement. Le morceau « Oh Bomboclaat » relate une experience qu’il a vécu où il dit avoir été attaqué par des démons et paralysé dans son lit. Il raconte en interview que ce qui l’a délivre de leur emprise c’est de vocaliser intérieurement le mot « Bomboclaat », un des pires gros mots en Jamaïque. Par ailleurs ces amis racontent que dans sa vie quotidienne il se disait en contact permanent avec les forces du surnaturel. Dans le documentaire « Red X » un ami raconte que lorsque Peter Tosh avait acheté une nouvelle maison et avait dit que 49 duppy dans cette maison et qu’il allait tous les chasser de là!

NDT: 1/ cold I up: cette expression exprime deux idees soit , celle de ralentir, soit celle de tuer la cible.
2/ Bullbucker, Bullbuck: Celui qui donne des coups de tete aux taureux, designe quelqu’n d’intrepide voir temerair dont il faut se mefier.

Oui mon ami, ils m’ont de nouveau libéré
Oui mon ami, je suis de nouveau de sortie

Les barreaux ne pouvaient me retenir
La force ne pouvait me contrôler
Ils ont essayé de me maintenir au plus bas
Mais Dieu m’a maintenu en place
Oui on m’a accusé
Et injustement abusé
Mais du fait des pouvoirs de Tout Puissant
Ils doivent me libérer

N’essaye pas de m’arrêtter sur ce pont
Je dois atteindre le Mont Zion, la plus haute région
Si tu es quelqu’un qui mets des des coup de têtes aux taureaux
Laisse moi te dire que je suis un conquérant de fantômes

Oui mon ami, je suis de nouveau de sortie
Oui mon ami, ils m’ont libéré de nouveau

Inutile de te la raconter
Pour fair rire tes amis
Car je te stopperai
Et c’est moi qui rirai le dernier

Oui mon ami, je suis de nouveau de sortie
Oui mon ami, ils m’ont de nouveau libéré

ENGLISH PATOIS :

Yes me friend them set me free again
Yes me friend me deh pon street again

The bars could not hold me
Force could not control me no
They try to keep me down
But God put me around
Yes I’ve been accused
Wrongly abused now
But through the powers of the Most High
They’ve got to turn me loose

Don’t try to cold me up on this bridge no
I’ve got to reach Mount Zion, highest region
If you are bullbucker
Let me tell that you I’m a duppy conqueror

Yes me friend them set me free again
Yes me friend them turn me loose again

Don’t try to cold me up on this bridge no
I’ve got to reach Mount Zion, highest region
If you are bullbucker
Let me tell that you I’m a duppy conqueror

Yes me friend me deh ah street again
Yes me friend them set me free again

Don’t try to show off
To make your friend them laugh
For I will cut you out
And I will take the last laugh

I’m crying
Yes me friend me deh ah street again
Yes me friend them set me free again

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Vivian Jones – Live Hate

Vivian Jones est un artiste Jamaïcain qui est arrivé assez jeune en Angleterre et c’est là-bas qu’il a commencé sa carrière musicale à la fin des années 70. Il enregistre pour de nombreux producteurs en Angleterre et en Jamaïque. Il signe des hits dans différents styles, autant dans le style Lovers Rock que dans des styles plus roots avec Jah Shaka par exemple. Il a établi son propre label, Imperial House, sur lequel il a sorti ce morceau « Live Hate » au contenu intéressant. Dans ce tune il pose la question sur les intentions des levées de fonds pour les causes humanitaires en Afrique et critique notamment Live Aid. Live Aid était un concept monté par le chanteur Bob Geldof en 1985 pour lever des fonds pour l’Ethiopie qui faisait face à une terrible famine. En 2015 le concept est relancé sous le nom de Live 8 avec des concerts de soutien et de levées de fonds dans les 8 pays du G8. Vivian Jones s’interroge sur l’absence totale de chanteurs de reggae à ces évènements alors que ce sont les chanteurs de reggae qui, depuis toujours, ont parlé d’Afrique dans leur morceaux.. C’est pour cela qu’il transforme Eight en Hate. Un morceau original et critique!

NDT : burn a fire : lorsqu l’on dit brûler un feu, il ne s’agit pas d’un feu littéral mais un feu spirituel, un feu purificateur.

Hey yo
Je vois les hypocrites se rassembler
A Hyde Park
On compte les millions
Mais l’Afrique n’en a pas vu la couleur

Je vois les hypocrites
Je vois les hypocrites se rassembler

Ils dansent sur nous de nouveau
C’est un leurre
Qui donc, quand je parlais d’Afrique
Qui donc, quand je chantais à propos de l’Ethiopie
Qui donc, quand j’appelais Mandela

Je n’ai pas vu les Abyssinians là-bas, nulle part
Johnny Clarke n’était pas là, nulle part
Burning Spear n’était pas là, nulle part
Ils ne l’ont pas appelé

Mais qui donc, quand je chantais à propos de l’Afrique
Mais qui donc, quand je chantais à propos de la pauvreté
Mais qui donc, quand je chantais pour libérer Mandela

Je vois les hypocrites se rassembler
A Hyde Park
Millionnaires et Milliardaires
Faisant la quête pour l’Afrique
L’Afrique n’a toujours rien reçu, du tout

Je vois les hypocrites
Je vois les hypocrites agir
On les voit là
Ils viennent nous arnaquer de nouveau

Live Hate
C’est un leurre
Live Hate
Haïssez, vous haïssez
Live Hate

Mais qui donc, quand je chantais à propos de l’Afrique
Mais qui donc, quand je libérais l’Afrique
Mais qui donc quand je bénissais l’Ethiopie

Les Abyssinians n’étaient pas là, nulle part
Johnny Clarke n’etait pas là, nulle part
Vivian Jones n’etait pas là, nulle part

Live Hate
Haïssez, vous haïssez
Haïssez le reggae

Et moi je sais
C’est nous, lorsque l’on chantait à propos de l’Afrique
C’est nous, lorsque on chantait à propose de l’Ethiopie
C’est nous, lorsque Mandela à été libéré

Attendez
Comment agissez-vous ainsi
Live Hate je sais que vous êtes faux
Leurrer vous venez nous leurrer
Live Hate

Je vois les hypocrites
Je vois les hypocrites agir
Live Hate
Hyde Park
Je brûle un feu sur eux

ENGLISH PATOIS :

Hey yo
I see the hypocrite them ah gather round
Hyde Park
Millions ah count
Though Africa no get none yet

I see the hypocrites them
See the hypocrites them ah gather round

Them jam pon we again
It’s like a bait
A who, when I talk bout Africa
A who , when I sing bout Ethiopia
A who, when I call out Mandela

I never see Abyssinians there, no where
Johnny Clarke he was not there, no where
Burning Spear was no nowhere, no where around
Them never call him

But a who, when I sing bout Africa
But a who , when I talk bout the poverty
A who, when I sing fi free Mandella

I see the hypocrite them ah gather round
In Hyde Park
Millionaires and billionaires
Collecting bout Africa
Africa no get none yet, no way

See the hypocrites
See the hypocrites gallang deh
See them deh
Ah trick them come fi trick we again

Live Hate
A bait you ah bait
Live Hate
Ah hate you hate
Live hate

Ah who, when I sing bout Africa
Ah who, when I free up Mandela
Ah who, when I bless Ithiopia

Abyssinians they was not there, no where
Johnny Clarke he was not there, no where
Vivian Jones he was not there

But Live Hate
Man ah hate unnu hate
Hate the reggae
Live

And I know
Ah we , we when ah sing bout africa
Ah we, when we chant Ethiopia
Ah we, when ah free Mandela

Wait
Ah how you ah gwaan yah so
Live Hate, I know say unnu fake
Bait you come fi bait
Live Hate

See the hypocrites
See the hypocrites gallang deh
Live Hate
Hyde Park
Burn another fire pon them

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Super Cat – ABC

Super Cat est un artiste et un personnage controversé et pas toujours bien compris de ceux qui connaissent mal sa carrière. C’est une personnalité et un artiste à multiples facettes. D’un côté c’est un badman du ghetto qui a fait partie d’un gang politique dès qu’il est devenu adolescent. D’un autre côté c’est aussi un artiste intelligent et sensible qui a sorti un grand nombre de morceaux aux thématiques culturelles et spirituelles. Ce morceau est un exemple de son intelligence et de son habileté lyrique. En effet ici il fait le tour de l’alphabet en proposant un mot par lettre tout en tissant des liens entre certaines lettres et en montrant ses aspirations culturelles et spirituelles. On y trouve des jeu de mots intéressants comme pour la lettre I, d’une grande signification dans le mouvement Rasta, il y fait le parallèle entre la lettre I et la sonorité de « eye » qui donne le mot « oeil » en anglais. Il aborde des thèmes spirituels comme sa référence aux Livre des Maccabées qui a été retiré du Canon par un concile du Vatican… Parfois il prend l’image de la lettre comme avec X. En effet, dans le système scolaire anglais une fausse réponse lors un contrôle sera annoté d’un X alors qu’un reponse juste sera validé par un « tick »… Et pour Y il revient a la sonorité du mot en jouant entre Y et « why », « pourquoi » en anglais!
Un super morcau plein de finesse et un des mes préférés de « l’Apache Sauvage », comme il a été surnommé!

Alors
Amour et Unité dans notre communauté
Nous ne voulons pas de guerre ni de brutalité
Il faut aimer sa petite Maman et son petit Papa
Il faut aimer Jah continuellement
Et ne pas se laisser entrainer dans les mauvaises actions

Lire la suite

Princess G & Sister Wingie – Gorgan Donette

On sait que les femmes ont eu une rôle beaucoup moins visible dans la musique jamaïcaine et qu’il y a bien moins de chanteuses, dj et productrices qu’il n’y a d’hommes dans les mêmes rôles. Cependant au cours des années 80 il y a eu un changement à ce niveau-là, particulièrement au niveau des DJ. De plus en plus de femmes se sont mises à toaster. Le milieu de la musique étant difficile à intégrer, beaucoup d’entres-elles ont dû jouer des coudes et adopter les attitudes et postures des hommes pour y arriver. Comme on le sait généralement et plus particulièrement pour les DJ, les thématiques des années 80 ont beaucoup été centrées autour de la violence, de l’egotrip et du matérialisme. Ce sont ces codes que reprennent ici Princess G et Sister Wingie dans ce morceau. Cependant elles maintiennent aussi une partie des idéaux qui sont attachés aux femmes par la société patriarcale et elles mettent aussi bien en avant leur qualité de bonnes ménagères et leur attributs physiques que leur dangerosité. Les textes des années 80 parlent aussi beaucoup du rôle des « dons », les chefs de quartiers et de gangs. Et c’est cette expression que les 2 dj reprennent ici à leur compte. Il n’y a pas eu, à ce que je sache, de vraies « donettes » leaders d’un gang ou d’un quartier, mais c’est aussi le côté théâtral de la musique qu’on retrouve là. Un morceau intéressant autant auditivement que sociologiquement!

NDT:
1/Gorgon: A l’origine issu de la mythologie grecque cela en est venu à représenter quelqu’un au sommet de sa catégorie, parfois musicale souvent en lien avec le gangstérisme.
2/ Mama man, lulu man: des manières de parler pour décrire les homosexuels…
3/ Agony: littéralement agonie , souvent un mot utilisé pour dire « sexe » mais ici il y a une ambiguïté volontaire entre sexe et le sens original du mot

Les dons ce sont les dons et les donettes ce sont les donettes
Et nous sommes les originales donettes
Celle-ci quand Princess G and Wingie viennent
Toutes les imitations doivent partir
Et bien écoutez cela

Alors qu’ils parlent tous de dons
Ils n’ont jamais entendu parler de donette
Maintenant qu’on est sur la route les meufs doivent s’inquiéter

Originale gorgone donette
Petite meuf tu peux être fière de toi
Originale gorgone donette
Tu prends la vie des petites meufs
Maintenant que les gorgones donettes on arrive
Et quand on arrive c’est l’agonie qu’on amène
Meuf tu sais cuisiner, tu sais néttoyer
Tu sais laver, tu sais repasser
Ton corps es sexy tu sais que tu es la meilleure
Et quand tu es dans la rue tu prends la vie des autres meufs

Originale gorgone donette
Petite meuf tu peux te être fière de toi
Tu prends la vie des petites meufs
Hehe ils insultent les femmes
Ces mecs-là ça doit être des pédés
Hehe ils insultent les femmes
Ces mecs la ça doit être des taffioles
Ce sont des ragotteurs et des racontards
La plupart de ces mecs ce sont des fiottes
Ce sont des ragotteurs et des racontards
La plupart de ces mecs ce sont des fiottes
Ils ne cessent de nous insulter nous les femmes
Et pourtant sur notre dos ils se font plein d’argent
Mais quand ils ont terminé ils reviennent en courant vers nous
Parce que sans nous ils ne peuvent se sentir bien

Alors qu’ils parlent tous de don
Ils n’ont jamais entendu parler de donette
Maintenant qu’on est sur la route les meufs doivent s’inquiéter

ENGLISH PATOIS :

Now don is don and donette is donette
And we are the original gorgon donettes
This one Princess G and Wingie come
All carbon copy have to leave
Well all right, hear this

All them ah talk bout don
Them never hear bout donnette
Now we get loose gal haffi worry and fret

Original gorgon donette
Gal pickney big up unnu chest
Original gorgon donette
Gal pickney life you ah take
Now the gorgon donette we come
When we come ah agony we fling down
Gal you can cook and you can clean
You can wash and you can press
You body good you know you ah the best
When you deh pon street gal life you ah take

Original gorgon donette
Gal pickney big up unnu chest
Original gorgon donette
Gal pickney life you ah take
Hehe them ah cuss woman
Them deh man them mussi mama man
Hehe them ah cuss woman
Them deh man them mussi lulu man
Them laba laba them chatty chatty
Most of them yah man them ah sissy
Them laba laba them chatty chatty
Most of them yah man them ah sissy
Them no stop cuss we the lady
And outta we them make the most money
And when them done them haffi run back to we
Without we them cant feel irie

All them ah talk bout don
Them never hear bout donnette
Now we get loose gal haffi worry and fret

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Slim Smith – Everybody Needs Love

Slim Smith est un des grands chanteurs Jamaïcains qui malheureusement semble un petit peu oublié du grand public. Il est né en 1948 et sa carrière débute en 1964 à l’âge de 16 ans. Il est le le chanteur lead de la première formation du groupe The Techniques. Il formera ensuite The Uniques, une autre formation qui a connu plusieurs compositions avec entre autres Cornell Campbell qui remplacera Slim Smith. Slim travailla avec plusieurs des grands producteurs de son époque mais c’est avec Bunny Lee qu’il aura son succès solo.
C’est ce morceau qui en 1968 lancera cette carrière solo et « Everybody Needs Love » sera un hit autant en Jamaïque qu’en Angleterre. Sa carrière fut malheureusement très courte car il meurt dans des circonstances tragiques en 1973 après avoir souffert de troubles mentaux…

Tu dis vouloir être aimée
Mais tu ne me permets pas de t’aimer
Tu dis vouloir être embrassée
Ca fait si longtemps que je veux
Te tenir fort dans mes bras
Te serrer comme il faut
Au milieu de la nuit
Pour toi, oui, je pleure
Parfois j’ai envie de crier

Tu te réveilles le matin
Te sentant si mal
Je sais ce qui ne va pas bébé
Tu as besoin de quelqu’un comme moi à tes côtés
Pour te serrer comme il faut
Au milieu de la nuit
Pour toi, oui, je pleure
Parfois j’ai envie de crier

Tout le monde a besoin d’amour

ENGLISH PATOIS :

Say you want to be loved
But you won’t let me love you
Say you want to be kissed
How long I have been wanting
To hold you tight
And squeeze you right
In the middle of the night
For you, yes, crying out
Sometimes feel to shout

You wake up into the morning
Feeling so bad
I know what your trouble is baby
You need someone like me by your side
To hold you tight
and squeeze you right
In the middle of the night
For you, yes, crying out
Sometimes feel to shout

Everybody needs love

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Tony Brutus – Water Pistol

Il y a des artistes qui ne font qu’un ou deux morceaux au cours de leur « carrière » et on se demande bien pourquoi ils n’ont pas persévéré… C’est le cas pour Tony Brutus qui, d’après ce que l’on sait, n’a sorti que ce morceau qui est devenu une pièce rare et recherchée par les collectionneurs. Tony Brutus est le frère du fameux batteur Mikey Boo Richards, qui s’est associé au non moins fameux Geoffrey Chung pour produire ce somptueux morceau sorti en 1983. L’histoire que nous raconte Tony Brutus est comique et cela doit bien être la seule référence dans tout le reggae à un pistolet-à-eau!

Je suis parti me promener à Central Park
Dans la ville de New York
Deux criminels ont essayé de me piquer ma copine
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau

L’un était Américain et l’autre Portoricain
Ils ne respectent pas les Jamaïcains
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau

Lorsqu’ils ont vu mon arme factice
Jahman, ils se sont mis à courir
L’un d’entre eux s’est cassé la gueule
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau

Un policier est venu et a vu mon arme
Il a ri de la situation
Deux criminels ont essayé de me piquer ma copine
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau

La morale de cette histoire doit être clair
A New York il faut faire gaffe
Car deux criminels ont essayé de me piquer ma copine
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau

Je suis parti me promener à Central Park
Dans la ville de New York
Voilà qu’arrivent deux criminels qui ont essayé de me piquer ma copine
J’ai dû sortir mon pistolet-à-eau
Jah sait qu’ils ne savent pas
Que je n’oublie jamais mon pistolet-à-eau

ENGLISH PATOIS :

I went for a walk in Central Park
In the city of New York
Two criminal want to take away my girl
I had to reach for my water pistol

One was American the other was Puertorican
Them no check fi no Yard Man
I had to reach for my water pistol

When they saw my toy gun
Jahman, them started to run
One of them him tumble down
Two criminal want to take away my girl
I had to reach for my water pistol

A policeman come and saw my weapon
Laughed at the situation
Two criminal want to take away my girl
I had to reach for my water pistol

The moral of this tale it has to be clear
In New York you better beware
Because two criminal want to take away my girl
I had to reach for my water pistol

I went for a walk in Central Park
In the city of New York
Here comes two criminal want to take away my girl
I had to reach for my water pistol
Jah know them never know
We never left fi we water pistol

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Clinton Fearon – Stop The Hate

Clinton Fearon est un grand chanteur Jamaïcain qui a commencé sa carrière au cours des années 60 en formant le groupe The Brothers. Ensuite il rejoint rapidement The Gladiators où il partage le lead vocal avec Albert Griffiths, fait des harmonies et joue de la basse. Les Gladiators rencontreront un grand succès international qui les amènera à tourner dans le monde entier. En 1987, il quitte les Gladiators et s’installe aux USA où il forme The Defenders avec certains autres membres du groupe. En 1992, The Defenders se désagrège et Clinton Fearon forme le Boogie Brown Band. Avec ce groupe, il signe des albums d’une grande qualité autant musicale que lyrique et c’est de l’album « Give and Take » qu’est extrait ce morceau. Comme toujours la musique de Clinton Fearon est imbibée de messages et c’est le cas ici où il nous enjoint de renouer avec notre vraie nature et de cesser de nous haïr les uns les autres.

Cessez la haine

Les frères tuant des frères partout dans le monde
En oubliant leur humanité
Les soeurs contre les soeurs la confusion partout
Nous devons faire face à la réalité
Maman et Papa ont mordu le raisin amer
Et il nous reste en bouche son après gout
La vie est pour les vivants et non pour les morts
Ne laissez pas le système pénétrer votre esprit

Lire la suite

Super Cat – Don Dada

Dans les années 80 l’ambiance a changé en Jamaïque. Les thématiques dominantes des années 70 comme l’amour, la foi, la fierté noire et la rebellion contre un system, ne sont plus à la mode. Ces thématiques sont remplacées par les morceaux à carctère sexuel (slackness), les morceaux sur le materialisme, les morceaux décrivant la violence et parfois qui en font la promotion. De plus en plus de morceaux apparaissent où les DJ toastent leur suprématie par rapport aux autres artistes et la bataille pour savoir qui est le DJ le plus « bad » est lancée.
« Bad » est un mot qui à l’origine veut dire mauvais, mal mais il vient parfois à vouloir dire l’opposé. « A bad tune » veut dire un super morceau. Mais il y aussi la mise en avant du vrai « badness », le vrai « mal, mauvais ». Parmis ceux qui s’en réclament il y a Super Cat qui dès l’adolescence a fait partie d’un gang politique et qui en tant que DJ se réclame toujours du coté « badman » de la société. Il y a bien sur de degrès dans tous cela et il faut bien prendre en compte que ce qu’il dit dans certains morceaux comme celui ci comporte des exagérations qui ont pour but d’assoir la domination sur les autres artistes.
Dans les ghettos les chefs se nomment les  » Dons » et Super Cat s’affirme ici comme tant le « Don Dada », c’est a dire le père ou le chef de tous les « Dons ». Il est clair que ce n’était pas le cas dans la realité mais au moins musicalement et parmis les DJ il l’a été et continue d’etre reconnu encore aujourd’hui pour cette position.

NDT
1/ Gold teeth, front teeth etc.. :références à Ninjaman qui utilise ces expressions pour se décrire
2/ 45 beat : jeu de mot sur le 45 tours et le pistolet 45
3/ Junglists, Spanglers, Mallers, Firehouse : divers gangs de Kington
4/ Daynie,Starkey, Copper : 3 des plus méchants Don criminels de l’époque
5/ le canon, l’arreteur et le bombardier : références aux surnoms de Cutty Ranks

Bien, bien, bien, il ya des petits garçons qui viennent parler de
Dents en Or, dents de devants,dents colorées et nous on arrache toutes les dents
Et si tu n’aime pas cela toute la nuit tu fait face au rythme de mon 45
Suivez moi maintenant

Lire la suite

Dennis Brown – A Cup Of Tea

Dennis Brown est un chanteur habité. Habité par la joie de vivre qu’il transmet ne serait-ce que par son sourire mais aussi par sa manière de chanter. Habité aussi bien par son amour pour les femmes que par son amour au sens plus large pour l’Humanité et la vie. Au cours de carrière il a chanté toutes ces choses et il a eu des morceaux à succès en abordant toutes ces thématiques. Ici c’est un plaidoyer pour que l’Humanité abandonne l’égoïsme et se mette à vivre en accord avec les paroles de Jah. Il nous enjoint de vivre comme nous devrions, comme les membres d’une grande famille mondiale.
Alors que beaucoup de Rastas Jamaïcains ne mangent pas de viande, ils sont nombreux à manger du poisson. Dans cette chanson on peut aussi faire un parallèle entre la multiplications des pains et des poissons par Jesus qui est relaté dans la Bible.

NDT : 1/ Children: lorsqu’il fait référence aux enfants, il fait référence aux enfants de Dieu.
2/ Livity : un mot Rasta qui indique une manière de vivre en accord avec les principes du mouvement Rasta

Tu ne peux pas vivre pour toi seul
Partages le pain autour de toi
Tenons-nous debout côte-à-côte

Lire la suite

Reggie Stepper – Drum Pan Sound

Reggie Stepper est un artiste qui a commencé sa carrière à la fin des années 80 et son premier single « Kimbo King » est un petit hit. Son style se caractérise par ses onomatopés « huuuu ». Son gros hit arrive l’année suivante avec ce morceau « Drum Pan Sound » qui est un de ces morceaux qui a debuté en tant que dubplate, ou attaque live envers un sound concurent en clash, pour ensuite devenir des morceaux vendus dans le commerce. Le nom « stepper » est un diminutif de « hotstepper » ce qui veut dire quelqu’un qui est recherché par la justice.

Il est interessant de noter qu’à cette époque une partie du succès d’un sound tient à la qualité sonore de son materiel auquel fait référence Reggie Stepper dans le morceau.

NDT 1/ Cu unno: expression désapprobation « cu » ou « cooh » veut dire regarder et « unu » ou « unno » veut dire « vous », l’équivalent francais serait « non mais regardez les ».

2/ Drum Pan: Littéralement une caisse de raisonnance d’un tambour. En référence à un sound system c’est une appréciation néative de sa qualité sonore. « sonner comme un casserole », idem pour « tin pan », « old pan », « zinc pan »…

3/ Sound boy: en Jamaïque le terme « boy » est péjoratif sauf quand il s’applique vraiment à un enfant. Donc sound boy est une insulte, une facon de dire que le membre d’un sound n’a pas le talent nécessaire. Au contraire sound man est simplement un facon de décrire quelqu’un qui appartient à un sound system.

4/ moko: pour exprimer la campagne profonde et donc par extension la simplicité dans un sens péjoratif. Pour dire de quelqu’un qu’il est niais ou stupide on dira « ah mussi moko him come from » « il doit venir de moko »

5/ mama-man: une facon de dire homosexuel en patois, forcément pejoratif

6/ dibbi dibbi : mauvais, de mauvaise qualité

Là c’est une blague sérieuse
Tu vois le soundboy là-bas, ses amplis partent en fumé, sound de casserole
Il s’est confronté au champion
Reggie Stepper te dit que on ne s’occupe pas des sounds de casserole

Sound de casserole, sound de casserole ici
Remballe ton matos et sort par l’entrée

Tu te crois où, tu penses qu’on est à moko
On ne tolère pas les sound de casserole ici
Le son doit être doux et agréable
Tel que l’est mon sound
Souviens toi Reggie Stepper te le dit
Car on gère là-haut
Sound de casserole, et on gère là-bas
On vient pour controler ici

Sound de casserole, sound de casserole ici
Remballe ton matos et sort par l’entrée

Regardez-vous, regardez-vous, c’est à vous que je parle
Regardez-vous, regardez-vous, c’est à vous que je parle
Va régler ta basse et tes aigus
Reggie parle, taisez-vous et écoutez
Sound de casserole, mon sound joue ne contestes pas
Bande de fils-à-maman, vous
Tu vois les meufs là, va en trouver une à qui parler

Sound de casserole, sound de casserole ici
Remballe ton matos et sort par l’entrée

Ennemi, un sound de merde devient notre ennemi
Du fait qu’ils sont bruyants et criards
Et ils jouent sans aucune habilité

ENGLISH PATOIS:

Now this is serious joke
Soundboy over deh so amps is going up in smoke, drum pan
And him buck up inna the champion
Ah Reggie Stepper tell you we don’t cater fi no drum pan

Drum pan, drum pan sound over so
Pack up through di gate yuh fi go

Ah weh you think you deh, you think ah down ah moko
We no tolerate dem sound up yah so
Sound haffi nice and mellow
Like mi say fi mi disco
Member Reggie Stepper tell ya so
Because we run up so
Drum pan, and we run down so
We come fi control yah so

So drum pan sound over so
Drum pan, pack up through di gate you fi go

Cu Unno, cu unno, unno me ah talk to
Cu Unno, cu unno, unno me ah talk to
Go fix yuh bass and you treble
Reggie chat, quiet and listen
Drum pan, my sound play don’t argue
You set ah mamma man unno
See gal deh, look one fi talk to

So drum pan sound over so
Pack up through di gate you fi go

Enemy, ah dibbi dibbi soundman them turn we enemy
Ah just through them loud and them noisy
And dem nah play, me say without no quality-ty-ty

So drum pan sound over so
Pack up through di gate you fi go

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Dennis Brown -Words of Wisdom

Dennis Brown est connu à travers le monde pour ses chansons d’amour qui ont fait ses plus grands succès. Mais pour autant tout au long de sa carrière il a écrit sur de nombreux sujets et la foi fait partie de ses thématiques les plus importantes. Dans ce morceau il tire de nombreuse références de la Bible pour construire un texte apocalyptique qui previent les Hommes de vivre comme il faut si ils souhaitent ne pas périr dans les derniers jours… On trouve des références notamment aux Proverbes 1, 8.8, 14.3 et 15.7 ainsi qu’une référence au Psaume 2 et 78.2. Il modifie d’ailleurs légèrement le Proverbe 15 en transformant « légumes » en  » herbe »…

J’ouvrirai ma bouche en parabole (Psaume 78.2)
Et chanterais les obscures dictons d’antan
La sagesse et la connaissance ne tend-t-elle pas ses bras (Prov 1)
Envers vous, ô enfants, je le crie

Lire la suite

Tenor Saw – Pumpkin Belly

Tenor Saw est un artiste extraordinaire qui a malheureusement eu une carrière trop courte. C’est le chanteur et producteur Sugar Minott qui le « découvre » et lui donne sa chance au sein de son sound system et label « Youthman Promotion ». Avec son style vocal unique, il lui faut peu de temps pour faire une forte impression et connaître le succès. En effet, dès son premier morceau, « Roll Call », il affiche sa singularité et ce deuxième morceau « Pumpkin Belly » devient rapidement un hit. Il se pose sur le  » Sleng Teng » riddim de Jammy’s qui lance l’ère du reggae digital. Alors que sur la série  » Sleng Teng » il y a de nombreux hits, Tenor Saw se démarque avec ce morceau qui reprend des expressions traditionnelles Jamaïcaines. En effet, « How water walk go ah pumpkin belly » est une expression commune qui fait référence à un mystère inexplicable. Ensuite « Selling hollow gyow » est une autre expression qui désigne le fait de répandre des rumeurs ou des informations non vérifiables.

NDT : 1/ Ginal : Un « ginal » est un arnaqueur.
2/ Mussi: c’est l’equivalent de « must » ou « must be », « doit-être » en français

Ceci est une chanson des vieux proverbes

Comment l’eau se dirige-t-elle vers le ventre de la citrouille
Qui me le demande maintenant, c’est ma vieille grand-mère
Qui vient de la campagne

Lire la suite

Derrick Parker – War

Derrick Parker est un chanteur qui a commencé en 1977 avec une combinaison avec le méconnu Bunny Hewitt. Il se passe quelques années avant qu’il retourne en studio et c’est à partir de la seconde moitié des années 80 qu’il commence à sortir régulièrement des morceaux. Son grand hit sera  » Joy Ride » en 1989 enregistré pour le label Kennedy International. Il poursuit sa carrière jusqu’à aujourd’hui en enregistrant pour de nombreux producteurs à travers le monde. Dans ce morceau, la première sortie du label Français « Ruff Stereo », Derrick Parker rend hommage à Junior Murvin en reprenant son style falsetto. Le texte fustige les élites que Derrick Parker accuse, entre-autres, de créer des virus pour ensuite nous vendre les remèdes. Il fait aussi référence à un livre conspirationniste populaire dans les prisons américaines, « Behold a Pale Horse » de Milton Cooper.

Partout c’est la guerre
Je suis usé par la guerre
Je n’en peux plus de la guerre

Vous dites que vous faites confiance à Dieu
Mais partout vous créez des conflits et des querelles
Cela me rend malade
Quand vous tuez les innocents avec tes drones
Il va falloir payer les pots cassés
Et le monstre que vous avez créé est hors de contrôle
Vous vous pavanez en regardant de haut
Il ne faut pas jeter de cailloux quand on vit dans un maison de verre

Partout c’est la guerre
Je suis usé par la guerre
Je n’en peux plus de la guerre

Vous n’êtes courageux que face à des gens sans défenses
Créer des virus vous savez que c’est mal
La nation pleure
Et c’est à vous qu’il va falloir qu’on achète les remèdes
C’est votre plan pour que vous gagniez de l’argent
Ecoutez les pauvres pleurer, c’est loin d’être drôle
Un jour vous allez payer
Toutes vos richesses vont peu-à-peu disparaître

Partout c’est la guerre
Je suis usé par la guerre
Je n’en peux plus de la guerre

Vous êtes comme des vampires humains
Suçant le sang des opprimés
Des vampires humains
Le sang des innocents, vous en portez la responsabilité
Vous n’échapperez pas
Votre heure viendra un jour
Ou vous recevrez ce qui vous est dû
Entendez ce que je dis

Partout c’est la guerre
Je suis usé par la guerre
Je n’en peux plus de la guerre

J’ai lu à votre propos
Dans le White Pale Horse
Conspirations
Comment ce fait-il que l’on ne vous ait pas attrapé
On dirait que le monde dort
L’heure est venue que vous receviez un châtiment
Quand cesserez-vous tous les vols
Quand cesserez-vous tous les larcins

Partout c’est la guerre
Je suis usé par la guerre
Je n’en peux plus de la guerre

ENGLISH PATOIS :

Everywhere is war
I’m tired of the war
I’m sick of the war

You claim in God you trust
But everywhere you fight and fuss
I’m sick to the bone
When you kill the innocent with your drones
The chicken is coming to roost
And the monster that you create is on the loose
Riding on your high horse
Don’t throw stone because your living is glass

Everywhere is war
Tired of the war
Sick of the war

You’re only brave against defenseless people
Creating virus you know it’s evil
The nation ah cry
Now from you the medecine them have to buy
That’s how you plan to make your money
Listen to the poor ah bawl
That’s not funny
One day you’re going to pay
All your riches going to slowly fade away

Everywhere is war
I’m tired of the war
Sick of the war

You’re like a human vampire
Sucking the blood of the downtrodden
A human vampire
The blood of the innocent is on your shoulder
You won’t get away
Your time will come one day
When you will get your pay
Hear weh me say

War, war
I’m tired of the war
Sick of the war

I read about you
In the White Pale Horse
Conspiracy
How come you no get caught
It’s like the world is sleeping
Now the time has come for them to get a beating
When will you stop all the robbing
When will you stop all the stealing

Everywhere is war
Tired of the war
I’m sick of the war

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Jackie Opel -Cock Mouth Kill Cock

Jackie Opel, originaire de la Barbade, est un des chanteurs qui a eu le plus de succès à l’époque du Ska. Il a, pendant un temps, été le chanteur des Skatalites et c’est avec eux qu’il enregistre, à Studio One, un bon nombre de ses hits. La musique Jamaïcaine de toutes les époques intègre les dictons et proverbes populaires et c’est le cas ici avec cette expression « Cock Mouth Kill Cock ». C’est une expression à deux sens, d’une part cela veut dire qu’il faut faire attention à ce que l’on dit, mais cela veut aussi dire qu’il faut éviter d’être trop orgueilleux. C’est un de ces morceaux qui peut aussi bien se jouer juste pour la beauté du morceau, tout comme il peut être utilisé dans un clash sound system comme unw attaque envers son rival.

Tu parles et parles et parles et parle et parles
Trop
Tu jactes et jactes et jactes et jactes
Trop

Lire la suite

Misty In Roots – Poor And Needy

Misty In Roots est un groupe de Londoniens dont les parents sont originaires de Jamaïque. Ils ont commencé leur carrière au milieu des années 70 en tant que backing-band du chanteur Nicky Thomas et c’est lui qui les a inspirés pour écrire leurs propres morceaux et devenir un groupe à part entière. Leur musique tire ses influences du Roots Jamaïcain du moment tout en y ajoutant un touche personnelle et locale. Ils participeront au mouvement Rock Against Racism et leur textes sont militants et spirituels. Ici le morceau est basé autour du Psaume 82 et est assez surprenant car au-delà d’un morceau dévotionnel, c’est aussi un questionnement des actions de Dieu, chose assez rare dans le reggae…

Jah, Jah, Jah

Délivre les pauvres et les nécessiteux
Hors des mains des méchants

Lire la suite

Bob Marley – Buffalo Soldier

Bob Marley est devenu une icône mondiale. Avec le temps, l’image qu’il est venue à représenter et les idées avec lesquelles on l’associe se sont parfois un peu floutées et éloignées de la teneur du réel message de ses morceaux. Dans un monde où on dit qu’une image a la valeur de 1000 mots, on a parfois un peu tendance à voir ce que l’on a envie de voir. C’est ainsi que les aspects un peu révolutionnaires, militants, ont été un peu gommés au profit d’une image plus lisse de personnage souriant et sympathique aux messages qui relèvent plus du mouvement hippy qu’autre chose. Dans Zimbabwe par exemple il chante « And arm in arm with arms, we’ll fight this little struggle » (bras dans les bras et armés, nous participerons à ce combat).Pourtant, je pense que si on demandait à la majorité des gens s’ils pensent que Bob Marley soutiendrait une lutte armée la plupart d’entre eux répondrait instinctivement non. Dans ce morceau sorti après sa mort, Bob Marley nous rappelle un fait historique Américain. Le 10ième Régiment de la Cavalerie était un régiment entièrement noir qui a été utilisé dans la guerre contre les indigènes des Etats-Unis et le régiment ne fut démantelé qu’en 1944. Il s’appelait le régiment des Buffalo Soldiers.
Dans ce morceau Bob Marley établi un parallèle intéressant entre ces soldats enrôlés de force et les Rasta se battant pour la liberté.

San Juan fait reference à une bataille à Cuba où les Buffalo Soldiers se seraient illustrés…

Buffalo Soldier, le Rasta a Dreadlocks

Lire la suite

Eek A Mouse – I Like Them All

Les années 80 ont amenés plein de changements dans la musique Jamaïcaine et une des nouveautés est l’apparition du style « singjay ». A mi-chemin entre le chant et le toasting ce sont autant les DJs que les chanteurs qui s’essayent à ce nouveau style. Eek A Mouse affirme toujours à qui veut bien l’entendre qu’il n’est pas DJ mais chanteur dans un style original… Cependant, on peut tout de même affirmer qu’il fait plutôt parti de la catégorie singjay où ses morceaux alternent entres phases chantées et phases toastées.Ce morceau apparait d’abord sur l’excellent label « Thunder Bolt » sous le titre « You You You » et puis ensuite nommé « I Like Them All » sur l’album « The King and I » produit par le label americain RAS Records. Eek A Mouse est connu pour aborder tout un tas de thématiques différentes et ici il affirme son amour de tous les types de femmes. Un vrai crowd-pleaser!

Pour moi, toutes les femmes sont sexy

Certaines peuvent être grosses, certaines maigres
Certaines peuvent être grandes, certaines petites

Et je les aime toutes

Certaines femmes ont quelques enfants
Certaines n’en ont pas encore
J’aime les filles classes
Je n’aime pas les filles désordonnées

Je te parle à toi, toi, toi toi toi

Pour moi,aucune d’entre elles n’est si différente

Certaines se mettent à travailler, d’autres à glander
Certaines se mettent à boire, d’autre a fumer

Mais je les aime toutes

Certaines ne portent pas de maquillage
D’autres utilisent du fond-de-teint
Certaines ont le visage doux, d’autres le visage rugueux
Certaines ont les jambes arquées, certaines le visages bouffi

Je te parle à toi, toi, toi toi toi

ENGLISH PATOIS:

Every girl is so sexy to me

Some may be fat, some may be slim
Some may be tall and some may be small

And I like them all

Some girls have a few babies
Some girls have none already
Me like girl weh hoity-toity
Don’t like when them untidy

I’m speaking to you, you, you you you

None of them is so different to me

Some start work, some start loaf
Some start drink and some start smoke

But I Like them all

Some of them don’t wear make-up
Some just ah use powder puff
Some face smooth and some face rough
Some bandy-leg and some cheek it puff

I’m speaking to you, you, you you you

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog :https://fr.tipeee.com/sir-james

Israel Vibration – Walk The Streets of Glory

Israel Vibration fait partie de ces grands trios vocaux des années 70 qui sont venus à représenter un pan essentiel du Roots Reggae. Leurs harmonies subtiles et leur messages spirituels traversent les âges et ne perdent pas en force. Dans ce morceau c’est Apple Gabriel qui chante le lead et le morceau apparait sur ce qui est peut-être leur meilleur album, « The Same Song ».
Le morceau exprime l’opinion que la disapora noire, issue de l’esclavage, est en fait une nouvelle manifestation du peuple Israélite. C’est une idée très commune chez les Rastas de cette époque. Ce morceau est aussi un message d’espoir puissant qui affirme que le peuple de Jah foulera les « rues de la gloire », une référence au chapitre 21 du Livre de l’Apocalypse qui qualifie ainsi le paradis. A noter que beaucoup de Rastas ne croient pas en un paradis céleste mais plutôt en un paradis bien réel ici sur Terre.

Je te dis

Nous allons fouler les rues de la gloire
Je dis que, nous, nous allons fouler les rues de la gloire

Les Babyloniens vont essayer de courrir pour y arriver avant nous
En se pressant
C’est comme ce temps en Egypte
Lorsque l’Egypte poursuivait Israël à travers la Mer Rouge
Et maintenant ils poursuivent Israël à travers la mer ensanglantée

Nous allons fouler les rues de la gloire

Et nous allons traverser les portes de Mont Sion
Pour rejoindre le Lion Conquerant
Et Jah Jah s’avancera et les écrasera
Avec une barre de fer

Nous allons fouler les rues de la gloire

Et nous allons traverser les portes de Mont Sion
Pour rejoindre le Lion Conquerant
Et serons enlacés et confortés en son sein

Nous allons fouler les rues de la gloire

ENGLISH PATOIS:

I tell you

We going to walk the street of glory
Me say, we, we going to walk, walk the street of glory

Babylonian gonna run and try to get there before us
In a hurry
It’s like the time, in Egypt
When Egypt chased after Israel through the Red sea
Now it’s like right now them a chase after Israel through the bloody sea

We going to walk the street of glory

And we going to trod through the gate of Mount Zion
To the Conquering Lion
And Jah Jah shall come forth and mash them down
With the rod of iron

We, yeah, going to walk the street of glory

And we going to trod through the gate of Mount Zion
To the Conquering Lion
And we shall be taken up and be comforted into His bosom

We going to walk the street of glory

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog: https://fr.tipeee.com/sir-james

Bunny General – Full Up Ah Class

Bunny General est un artiste un peu méconnu du grand public mais reconnu des fans de sound system particulièrment ceux des années 80. C’est au cours de cette décennie que de nombreux nouveaux styles sont créés et parmis eux le « fast style ». Il y a un debat sur l’originateur de ce style qui consiste à toaster le plus rapidement possible tout en restant un minimum compréhensible. Les anglais disent que c’est le DJ Peter King, les Jamaïcains eux penchent pluttôt pour Ranking Joe ou Lone Ranger. Quoi qu’il en soit,Bunny General lui est un adepte de ce style et ce morceau en est l’illustration parfaite! Il faut aussi remettre les textes dans leur contexte celui de la compétition entre DJ et sound systems et ne pas penser que Bunny General prone une rééle violence physique meme si…

1/ Dovecot: cimetière a Kingston
2/ Mass: patois pour se cacher, rester discret
3/ skin teeth ou skin up : littéralement soulever la peau de devant ses dents pour sourir, souvent utlisé pour un faux sourir

Un âne c’est un âne et la classe c’est la classe
Qui peut parler si vite?
Ca doit être Bunny General le grand chef, mec
Et celui qui n’aime pas ca, qu’il aille se cacher
Car nous on désire pas le matériel ni ne sommes en manque de choses matérielles
On contr ôle la situation tout le temps
T’entends ca?
Jeune, suis-moi
Jesus Christ, je suis terrible
c’est pour ca que je leur dis

Regarde comment j’ai la classe
Regarde comment j’ai x100

Qu’est ce que je fais
Je toaste à partir de midi jusqu’au matin
Mec, j’ai aucune envie de m’aretter
Alors que certains viennent dans le dancehall donner de la bonne musique
Et certains viennent donner du One Drop
Qu’est ce que je fais
Je mets mon pantalon, je mets ma chemise et je mets mon chapeau
Les femmes, les hommes dans la dance doievent être prêts à se lever pour danser
Maintenat ils disent vas y General B tu es le meilleur des meilleurs
C’est pour cela que je suis doux et agréable tel le lait d’une noix de coco
Je suis celui dans la bande qui pique, le leader dans le troupeau
Mais si un mec essaye quelque chose je n’ai pas tort de le tuer
Fait leur savoir que Bunny General est comme la détonation d’un bombe
Si un mec essaye quelque chose je l’envois à Dovecot
Qu’est ce qu’ils font
Ils crient, ils mangent, ils rient, ils poignardent
Ils se déhanchent , ils se tortillent, du fait qu’ils ne tombent pas en panne
Je leur donne plein de styles, ils hurlent, ils boivent des Heineken et plein de Stouts
Le General les prévient, leur enseigne et les fait venir
Quand General prend le micro les hommes et les femmes dansent sur la piste
Certains sont marrons, certains sont noirs, certains sont maigres et d’autres gros
Certains sont chauves et ne sont pas rastas, certains sont des dreadlocks
Je suis celui dans la bande qui pique, le leader dans le troupeau
Désormais Bunny General au micro je suis le meilleur des meilleurs
Certains viennent parler de ceci et d’autres de cela
Certains parlent du cheval qui est mort et d’autres de la vache qui a grossie
C’est pour cela que je suis rugeux et solide et je sais que je ne suis pas un mauvais
Et j’ai les toutes dernières nouveautés pour éssoufler les mectons

Entends moi
Regarde comment j’ai la classe
Regarde comment j’ai x100

C’est pour cela que je n’ai pas tort
Je sais te couper la gorge,c’est pas uen blague je te tranche le cou
Je ne souris pas et je ne rigole pas, je te poignarde dans le coeur
Ne rigole pas avec moi
Je te coupe la main
Mon torse, mon dos, mon ventre, ma main
Je suis grand, fort, j’ai de l’ambition
Mais dans la danse le micro à la main
Je prends le micro
Et fait en sorte de remplir la soirée de femmes
Les hommes et les femmes…

Entends moi
Regarde comment j’ai la classe
Regarde comment j’ai x100

Qu’est ce que je fais
Je toaste à partir de midi jusqu’au matin
Mec, j’ai aucune envie de m’aretter
Alors que certains viennent dans le dancehall donner de la bonne musique
Et certaines viennent donner du One Drop
Qu’est ce que je fais
Je mets mon pantalon, je mets ma chemis et je mets mon chapeau
Les femmes et les hommes dans la place se lèvent et dansent
Maintenant ils disent vas y General B tu est le meilleur des meilleurs
Car je suis doux et agréable tel le lait d’une noix de coco
Fier d’être noir, c’est une évidence
Qu’est ce que je fais
Plus doux et agréable que le lait d’une noix de coco
Certains sont marrons, certains sont noirs, certains sont maigres et d’autres gros
Certains sont chauves et ne sont pas rastas, certains sont des dreadlocks
Je prends le micro et les femmes et les hommes dans la place se lèvent et dansent
Car je sais que je plein de bon sens, Jah sait que je ne fais pas de bide
Une détonation de bombe
Pas la peine, inutile de venir me tester
Certains sont marrons, certains sont noirs, certains sont maigres et d’autres gros
Certains sont chauves et ne sont pas rastas, certains sont des dreadlocks
Et je leur fait savoir que, General, je suis le meilleur des meilleurs
Qu’est ce que je fais
Plus doux et agréable que le lait d’une noix de coco
Je suis celui dans la bande qui pique, le leader dans le troupeau
Je ne suis pas un ami idiot pour finir comme un bon-à-rien

Regarde comment j’ai la classe
Regarde comment j’ai x100

Qu’est ce que je fais
Je toaste à partir de midi jusqu’au matin
Mec, j’ai aucune envie de m’aretter
Je sais que dans une soirée j’ai de l’énérgie je ne suis pas un bon à rien
Je sais que je suis rugeux et solide et je sais que ej ne suis pas un mauvais
Je sais que j’ai la toute dernière nouveauté
Et quand je prends les micro j’ai du texte au kilometre
Ya des mecs qui veulent me tester juste pour savoir si je suis rugeux
Je suis massif et terrible, je suis dur et je sais qu’il m’apellent le prof
Si ya une mec qui vient trop parler je lui passe les menottes
Et leur fait savoir que Bunny General je suis bien …

Regarde comment j’ai la classe
Regarde comment j’ai x100

Je sais que je suis massif et terrible, je suis dur
Je sais que je suis le Don
Je soulève le micro
Je dois le tenir dans ma main
Les femmes et les hommes viennent dans la soirée et veulent me sérrer la main

ENGLISH PATOIS :

Ass is ass and class is class,man
Who can talk so fast
Must Bunny General the bigger boss, man
So a guy no like it, go mass
Cause we no want things nor crave things
We run things every time
You ah hear me man
Youthman, come follow me
Jesus Christ, me wicked eee man
That’s why me tell them

Come look how me full up ah class
come look how me full up x 100

Weh me do
Chat from noon til ah morning
Man, me no feel like fi stop
While some ah come inna dancehall give good music
Some ah come and give them one drop
Weh me do
Put on me pants and me put on me shirt then me put on me hat
The woman and man them inna the dance them haffi get up and ready fi rock
Them say fi gwaan now General B you ah the cream of the crop
That’s why me sweet,me nice like the water inna jelly coconut
Me ah the shocker from the pack, me ah the ruler inna the flock
But if ah boy try ah thing me no wrong fi dust that
Make them know say Bunny General me ah the bomb shock attack
A boy try a thing me send them down ah Dovecot
Weh them do
Run, them ah bawl, them ah eat, them ah laugh, them ah juke
Them a wine, them a wriggle,just through them no stall
Give them nuff style, them ah bawl, drink heineken them ah drink nuff stout
General warn them, general teach them, General bring them gwaan
When General take up the mic the woman and man them dance in the lawn
Well some of them brown and black, well some of them slim and some of them fat
Some of them bald them ah baldhead some of them ah dreadlocks
Me ah the shocker from the pack, me ah the ruler inna the flock
Now Bunny General pon the mic me ah the cream of the crop
Some of them ah come and talk bout this while some of them come and talk bout that
While some of them ah talk bout horses some of them talk bout cow fat
That’s why me rough, me tough, me now me no cruff
Me know me have the brand new stuff ah fi come make the boy them huff and puff

Come look how me full up ah class
come look how me full up x 100

That’s why me no wrong
Me know fi cut off your throat, no joke make me chop off your neck
No skin me no laugh, me stab out your heart
No romp with man
Me chop off your hand
Me chest, me back , me belly, me hand
Long, me strong, got ambition
But inna the dance the mic in me hand
Me take up the mic the woman ah ram
The woman and man them

Hear me
Come look how me full up ah class
come look how me full up x 100

Weh me do
Chat from noon til ah morning
Man, me no feel like fi stop
While some ah come inna dancehall give good music
Some ah come and give them one drop
Weh me do
Put on me pants and me put on me shirts then me put on me hat
The woman and man them inna the dance the whole ah them get up and rock
Them say fi gwaan now General B me ah the cream of the crop
Because me sweeter,me nicer than the water inna jelly coconut
Proud to be black, it is a natural fact
Weh me do
Sweeter and nicer than the water inna jelly coconut
Well some of them brown and black, well some of them slim and some of them fat
Well some of them bald them ah baldhead some of them ah dreadlocks
Me take up the microphone them woman and man them get up and rock
Because me know me full up ah sense, Jah know say me no flop
Bomb shock attack
Don’t bother with it, don’t bother try come test we
Cause some of them brown and black, well some of them slim and some of them fat
Cause some of them bald them ah baldhead some of them ah dreadlocks
And make them know say General me ah the cream of the crop
Weh me do
Sweeter and nicer than the water inna jelly coconut
Me ah the shocker from the pack, the ruler inna the flock
No follow no fool friend and turn no deadstock

Come look how me full up ah class
come look how me full up x 100

Weh me do
Talk from noon till ah morning, man me no feel like fi stop
Me know me lively inna the dance me know that me no deadstock
me know me rough, me know me tough, me now me no cruff
Me know me have the brand new stuff
And when me take up the mic me lyrics them nuff
A boy them want come test me just fi find out if me rough
Me big, me bad, me hard me know them say me ah the prof
A boy come run up them mouth me put them inna handcuff
And make them know say Bunny General me well ..

Because
Come look how me full up ah class
come look how me full up x 100

Me know me big, me bad, me know say me hard
Me know say me ah the don
Me pick up the microphone
Me haffi hold it inna me hand
Them woman and man them come inna the dance want shake off me hand

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour outenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

Gregory Isaacs – Storm

Pour les lecteurs des articles du blog plus besoin de présenter Gregory Isaacs, il suffit de dire que c’est un des plus grands chanteurs de l’histoire de la musique Jamaïcaine. Cette musique est une musique à facettes multiples, mais une des constantes à travers les époques sont ces morceaux destinés à insuffler de l’espoir chez l’auditeur. Ce morceau en est un parfait exemple et son message intemporel a autant de poids lorsqu’il sort en 1977, qu’aujourd’hui où l’humanité tout entière fait face à des crises existentielles successives…

Seigneur, Seigneur, Seigneur

Lire la suite

Twinkle Brothers – Patoo

Les Twinkle Brothers sont un groupe très productif, ils en sont à plus de 60 albums de sortis depuis le début de leur carrière en 1970. Comme pour tous les groupes il y a quelques morceaux qui mettent tous le monde d’accord, ensuite il y a les morceaux plus populaires que d’autres dans chaque pays. Les Twinkle Brothers sont très populaires en France, particulièrement chez le public des sound systems et ce morceau fait partie de ceux qui, même si ils ne sont pas forcément joués en session, sont plébiscités. Patoo en Jamaïque veut dire Hibou
et il semblerait que dans ce texte les chanteurs s’adressent à un certain Matthew et sa famille qui agiraient mal et sous couvert de l’obscurité. C’est pour cela les Twinkle ont choisi l’image du hibou qui chasse la nuit et dans le noir. Apres verfication et l’aide de personnes sympatiques, il s’avere que le hibou est associé à tout ce qui moche, vilain et il y a des superstitions analogues en Afrique de l’Ouest qui associent le crie du hibou à ne mort imminente!

Hibou
Tu es un hibou

Lire la suite

Tetrack – Simple Things

Tetrack est un de ces trios vocaux dont la Jamaïque des années 60 et 70 avait le secret. Ils se forment au début des années 70 et se seraient inspirés du nom de leur sound system local, « Tetrack Hi Fi ». Composé de Carlton Hines, Dave Harvey et Paul Mangaroo, ils commencent à sortir des disques en 1977. C’est le joueur de mélodica et producteur du label « Rockers », Augustus Pablo, qui les produira en premier et c’est avec lui qu’ils sortiront une bonne partie de leur musique. Alors qu’à l’epoque ils n’ont qu’un succès limité, Tetrack est devenu avec le temps un de ces groupes appreciés un peu partout dans le monde par les amateurs de Roots Reggae bien léché. Le morceau « Simple Things », qui a récemment été réédité par le label français Only Roots, tente de nous rappeler que ce ne sont pas les choses matérielles de la vie qui font le bonheur mais plutôt les choses simples qui ont une valeur inestimable!

Les choses simples de la vie

Il y a de bonnes choses partout, elles sont si proches
Cherchant partout alors que c’est juste là
Alors que nous sommes plein d’aspiration
Nous n’apprenons pas

Les choses simples de la vie
Se ressentent plus fortement

Tout le monde souhaite être heureux
Alors ils ne cessent d’accumuler les possessions
Mais c’est ce qui est drôle
Car ce n’est pas l’argent qui nous rend heureux
Combien paierais- tu pour un sourire
Qui te réchauffe au plus profond de toi-même
S’il te plait dis-moi

C’est vrai
Les choses simples de la vie
Se ressentent plus fortement

ENGLISH PATOIS :

Simple things in life

Good things everywhere and it’s so near
Searching over there and it’s right here
We may be yearning
But we’re not learning

The simple things is life
Always gives more strong

Everyone desires happiness
So they add more and more to what they possess
But that’s what’s funny
Cause it doesn’t take money
What would you pay for a smile
That warms you deep inside
Please tell me

It’s true
The simple things is life
Always gives more strong

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog: https://fr.tipeee.com/sir-james

Larry Marshall – Throw Me Corn

Larry Marshall est un artiste qui fait partie des piliers de la musique Jamaïcaine. En effet, il a chanté des hits intemporels, notamment pour le label Studio One. Parmi ces hits, on compte « Sweet Nanny Goat », « Mean Girl » et ce « Throw Me Corn » qui sont tous des classiques autant pour les versions chantées que pour les versions instrumentales qui seront reprises maintes fois depuis leur créations. Larry Marshall, comme beaucoup de ses contemporains, intègre bon nombre de proverbes dans ses chansons. Les Jamaïcains sont friands de proverbes et dictons. « Throw me corn, but I never call no fowl » est un de ces dictons que l’on entend souvent. L’image renvoie à un fermier qui sème du maïs, mais qui n’appelle pas de volailles pour le manger. L’idée étant que ceux qui viennent picorer ce maïs se révèlent eux-m ême comme étant des volailles. Une expression analogue, et que l’on retrouve plus loin dan le morceau, est  » Who the cap fit, let him wear it », en français « que c’est à celui à qui va le chapeau de le porter ». Dans ce morceau il s’adresse à ceux qui agissent mal en leur implorant de cesser leur mauvaises actions et le refrain vient préciser qu’alors que le chanteur ne nomme personne spécifiquement, ceux à qui il s’adresse se reconnaitront.

Alors que je sème mon maïs je n’ai pas appelé de volailles
Si tu veux le ramasser c’est toi que cela regarde

Que tu sois noir ou blanc
C’est à toi…

Pourquoi ne cesses-tu pas tes querelles et conflits
Pourquoi ne cesses-tu pas tes vols et tes meurtres
C’est à toi que je parle

Si le chapeau te va, porte le
Si c’est ainsi, c’est ainsi

ENGLISH PATOIS :

Me throw me corn and though me no call no fowl
Suppose you want to pick it up it’s your business

Whether you are black or you are white
It is you…

Why won’t you stop your fussing and your fighting
Why won’t you stop your stealing and your killing
It is you I’m talking to

If the cap fit you, then wear it
If ah so, ah so

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog: https://fr.tipeee.com/sir-james

Sugar Minott – Holding On To Jah

Lincoln, « Sugar » Minott est un grand chanteur, producteur et activiste de la musique Jamaïcaine. Au-delà de sa carrière de chanteur au coursde laquelle il a eu des hits locaux et internationaux, c’est quelqu’un qui a tenté sans cesse d’aider les autres à s’en sortir aussi. On retrouve cette volonté dans le nom de son Label et sound system « Youth Promotion » (Promotion des Jeunes) qui avait pour but d’encourager, de développer et de soutenir les jeunes talentueux qui étaient sans moyens. De cette organisation, sortiront des talents incroyables comme Wayne Smith, Tenor Saw, John Wayne, Ranking Joe, Michael Palmer et de nombreux autres. Malgrès ce travail altruiste, il n’a obtenu que peu de reconnaissance et ce n’est qu’après sa mort que les gens ont commencé à apprecier rééllement le travail qu’il avait fait et la bonté dont il avait fait preuve. Cette interview nous montre l’humilité et la sagesse de ce grand homme.

1/ Shower, Power : Shower Posse et Power sont des noms de gangs des ghettos de Kingston

Lire la suite

General Levy – Corona Crisis

General Levy est un anglais d’origine Jamaïcaine qui commence sa carrière à Londres à la fin des années 80. Il travaille initialement avec des sounds Londoniens comme Tippertone et Java et sort ses premiers disques sur le label Fashion, créé par le disquaire Dub Vendor. Ses premiers releases ont peu de succès avec le grand public et il faut attendre 1994 avant son gros Hit. A cette époque un des rejetons du reggae, la Jungle, est en plein boom et les producteurs font appel à des toasteurs rapides pour leur sorties. C’est comme ça qu’avec le producteur M-Beat que General Levy sort « Incredible » qui deviendra un des anthems du Jungle Style. C’est l’occasion de citer une des phrases souvent mal comprise qu’utilise General Levy dans ce hit « Junglist Massive » ou en français « le public de la musique Jungle » qui est aussi une référence au quartier Jungle à Kingston. Le public non averti entend souvent  » Jungle is Massive » ou « la Jungles est Enorme ».

Le reggae a toujours été une musique d’actualités où les artistes parlent du monde qui les entoure et des dernières tendances ou sujets du moment. C’est ce que fait General Levy ici en nous parlant du Corona Virus, sujet omniprésent dans les médias. Pour ce faire il enregistre au studio Ariwa de Mad Professor plusieurs versions de ce titre dont celle-ci sur le riddim d’un des tout derniers morceaux de Buju Banton, « Trust ». Brand new stuff!

1/ Off Licence: En Angleterre on achète l’alcool dans des magasins spécialisés qui s’apellent Off Lience, du fait qu’ils ont une licence pour vendre de l’alcool mais cette licence ne permet pas la consommation sur place.

2/ Sick: en Angleterre récemment on s’est mis à utiliser ce mot pour parler de quelque chose de super. « Sick lyrics » « Super Lyrics »

Celle si s’appelle

Je supplie Jah Jah
Fais en sorte que le virus ne nous trouve pas
Tous les jours je me lève
Jah nous protège et guide
Les choses deviennent dangereuses
Très contagieuses
Il voyage à travers l’air
Et maintenant je ne peux plus faire confiance à mes sinus

Lire la suite

Sharon Little – Don’t Mash Up Creation

Sharon Little est une de ces chanteuses que l’on trouve dans le reggae qui y a fait peu de morceaux… C’est bien regrettable! En effet, dans le reggae, il ya beaucoup de femmes qui ont eu des carrières courtes voir très courtes. Pour Sharon Little, on recense 6 singles dans les années 80 et puis elle disparait de la scène jusqu’en 2010. Il semblerait que ce soit une artiste anglaise, certainement d’origine Jamaïcaine puisqu’elle enregistre 2 singles pour le label « Gorgon » basé à Kingston. On peut imaginer aussi que le label, « 1 Love Records », sur lequel elle sort 5 de ces 7 singles serait le sien car ce label ne sort que des morceaux où c’est elle qui chante.
Ce morceau est à l’époque un morceau uniquement connu du public qui fréquente les soirées sound system et il est joué par Jah Shaka. En 2010 Shaka produira une deuxième version très similaire à l’original, qui entre-temps est devenu une pièce recherchée par de nombreux soundmans et soundwomens européens. Le texte nous incite à ne pas détruire la Création et au contraire à travailler pour sa protection.

Ecoutez-moi mes frères
Vous aussi mes soeurs
Même toute la Création
On ne veut pas de destruction

Donc
Ne détruisez pas la Création
Préservez-la et sauvez nos nations
Laissez-moi vous dire
Ne détruisez pas la Création
Préservez-la et sauvez nos nations

Les Hommes continuent d’être injustes avec les Hommes
Il est impossible de savoir en qui avoir confiance
Mais en scrutant parmis la horde du diable
On doit au moins pouvoir trouver une bonne personne

Donc
Ne détruisez pas la Création
Préservez-la et sauvez nos nations
Laissez-moi vous dire
Ne détruisez pas la Creation
Préservez-la et sauvez nos nations

Voyageant ici et là
On rencontre beaucoup de gens bizares
Et maintenant regardant à l’intérieur et l’extérieur
Il faut tenir bon et essayer de comprendre

Donc
Ne détruisez pas la Création
Préservez-la et sauvez nos nations
Laissez-moi vous dire
Ne détruisez pas la Creation
Préservez-la et sauvez nos nations

ENGLISH PATOIS:

Listen to me brothers
You too my sisters
Even all Creation
Don’t want no destruction

So
Don’t mash up Creation
Build it up and save our nations
Let me tell you
Don’t mash up creation
Build it up and save our nations

Man to man remains unjust
You just can’t check for who to trust
Searching through the devil’s band
You must can find at least one good man

So
Don’t mash up creation
Build it up and save our nations
Let me tell you
Don’t mash up creation
Build it up and save our nations

Travelling here and travelling there
You meet a lot of strange folks everywhere
Now seeing in and seeing out
You got to hold on firm and try to find out

So
Don’t mash up creation
Build it up and save our nations
Let me tell you
Don’t mash up creation
Build it up and save our nations

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO
pour soutenir le blog : https://fr.tipeee.com/sir-james

The Congos – Row Fisherman

Les Congos sont connus par tous les fans de reggae notament pour un album magistral , Heart Of The Congos. Sur cet album le titre le plus connu de tous doit être celui-ci. Alors qu’ils ont tous des voix sublimes et des textes intéressants, au moins la moitié de leur succès est du au talent Lee Perry et à ses qualités extaordinaires de producteur. C’est aussi Lee Perry qui ajoute Watty Burnett au duo original composé de Cedric Myton et Ashanti Roy. Sa voix barriton est parfaitement en contraste avec les voix plus aigües et on peut le constater autant dans les cœurs que dans les courts passages de ce morceau où il chante le lead. Le morceau en lui-même est une pure description de la vie quotdienne. Le morceau s’adresse aux pêcheurs et les encourage à ramer afin de nourrir les nombreux enfants aux ventres vides qui sont sur le rivage. A ce propos il est intéressant de noter que la majorité des Rastas en Jamaïque sont pescetariens et non pas végétariens. Cela s’explique par une interprétation particulière de la Bible et puis tout simplement parce que la Jamaïque est une île et que pour ceux qui vivent à proximité de la mer le poisson constitue un nourriture à prix abordable.

NDT
1/ Wenchman, Sprat and Mackaback : des types de poissons que l’on trouve dans les caraïbes. Macka Back veut dire en patois « au dos plein d’épines »

2/ Pickney: Mot patois pour enfant, il est invariable

3/ Quashie est un mot patois qui indique quelqu’un de la plus basse des classes, parfois à l’usage péjoratif mais pas systématiquement

Rame, pêcheur, rame
Continue de ramer sur ton bateau
Frère, frère
Rame, pêcheur, rame
De nombreux enfants aux ventres vides
Sont sur le rivage

Lire la suite

Daweh Congo – Human Rights and Justice

Daweh Congo est un artiste un peu ovni sur la scène actuelle. Il commence sa carrière en 1994, à cette époque où il y a un retour à la popularité d’artistes
aux textes conscients, Rastas et militants. Pourquoi ovni? Alors qu’il s’inscrit bien dans une tendance, il a une manière toute à lui d’écrire ses textes et il chante avec une voix qui rappelle fortement celle de Burning Spear. Spear est un chanteur que peu d’artistes ont essayé de copier tant son style est particulier et singulier. Cela dit si on retrouve cette influence, Daweh Congo a une manière unique de structurer ses chansons et leur contenu ne ressemblent pas à ce qui se fait habituellement. C’est s’explique en partie par son niveau d’éducation élevé. En effet Daweh Congo a été à l’université et avant de devenir chanteur il est correcteur pour des journalistes et auteurs. Le morceau que j’ai choisi là illustre bien cette singularité linguistique tout en abordant des thèmes qui font partie des piliers de cette musique. Pour ce qui est du riddim, de manière assez surprenante, pour cet album qui porte le même nom que le single, il a utilisé de nombreux riddim ou dubs de morceaux de la fin des années 70 et début des années 80. Ici c’est le dub de « Hammer » de Barrington Levy qui a été utilisé. Pour moi, le résultat est si convaincant que quand j’ai découvert Daweh Congo, avant l ère de l’internet, je pensais que c’était un artiste contemporain au riddim et que le morceau avait été enregistré au début des années 80!

Ceci est un message destiné aux pauvres et aux riches
Pour un dur labeur, un récompense juste, qu’un règne juste s’établisse
Viens me dire, oui, si tu aimes ça
Si tu avais le pouvoir le mettrais-tu sur ta liste

Lire la suite

Tippa Irie – Rebel On The Roots Corner

Tippa Irie est un DJ anglais de parents Jamaïcains. Il fait partie de la premiere génération d’enfants d’immigrés caribéens en Angleterre. Il commence sa carrière dans les sound systems et deviendra reconnu notament avec le Saxon Sound. Il aura plusieurs hits dans les années 80s notament « Complain Neighbour », « Good To Have The Feeling » et son crossover hit  » Hello Darling » qui rentra dans le hit parade UK. Connu pour ses textes inteligents et developés, ce morceau sorti sur le laebl Ariwa de Mad Professor, est fidèle à cette réputation. En effet il aborde le sort des immigrés noirs et de leur familles et les difficultés d’intégration en Grande Bretagne.

NDT : 1/ mussi : must en anglais standard

2/ chip on the shoulder , une expression anglais qui indique quelqu’un qui
a une animosité infondée envers un préjudice supposé dont il serait victime.

3/ BNP : British National Party, le party qui a mis en place l’idée du brexit et qui a une rhétorique anti-immigrés

Et bien je ne veux pas qu’un blanc me regarde et me traite de nègre
Et je ne veux pas qu’un asiatique me regarde et me traite de kaya
Car je suis Africain et j’en suis fier
Je suis un rebelle

Et bien je suis un rebelle, je suis la sur le coin de la rue
Je suis un rebelle et je suis la avec Mad Professor

Et bien en tant que jeune, en tant que minot
J’ai grandi dans le ghetto avec mes deux soeurs
Ma mère et mon père étaient sous pression
Et c’est dans une seule petite pièce que nous dormions tous
Et on luttait tous les jours pour améliorer notre conditon
Pour faire en sorte que l’avenir soit meilleur
Et plein de fois j’ai entendu ma mere dire à mon père
« Je ne sais pas pourquoi on a quitté la Jamaïque
Pour venir travailler dans un congélateur
Et laisser les blanc nous traiter de nègres »
Mais c’est le lait et le miel qu’ils recherchaient
Et c’est la seule raison pour laquelle ils sont venus ici
Et du fait de la couleure de notre peau les blance se pensent superieurs
Et nous méprisent en nous pensant inferieurs
Et jour après jour essayent de nous maintenir vers le bas
Mais on sait qu’on doit se battre
Car c’est dans notre nature

Et bien je suis un rebelle, je suis la sur le coin de la rue
Je suis un rebelle et je suis la avec Mad Professor

Mais regarde donc pour qui ils nous prennent ces gens gris
Ils doivent penser que c’est encore l’époque de l’esclavage
Mais ca fait longtemps que c’est fini longtemps que c’est du passé
Et ce genre de saloper…on respecte pas ca
Et tel Malcom X et Martin Luther
Et bien Tippa ne rigole pas et ne joue pas au clown
Car le Front National ne nous effraye pas
Le Klu Klux Klan ne nous effraye pas
Tu vois les Nazis bien moches ils ne nous effrayent pas
Tu vois le BNP ne nous effraye pas
Car si ils veulent nous manquer de respect on tirera sur la gachette
On tirera la gachette sur le coin de leur machoire
Car moi Mr Irie je suis un geurrier
Et le Mad Professor il est dans le secteur
Viens écouter Mr Irie il est chaud comme

Comme un rebelle sur le coin de la rue
Je suis un rebelle, je suis la sur le coin de la rue
Je suis un rebelle et je suis la avec Mad Professor

Du fait de la couleur de ma peau
Je trouve cela plus difficile
De survivre dans mon quartier
Et je n’ai pas de d’animosité injustifié
Car je sais qu’un jour je prospererai
Et atteindrai le sommet en tant qu artiste
Mais tout un tas d’obstacles ils mettent devant Tippa
Parfois ils ne veulent pas jouer ton morceau à la radio
Ne veulent pas parler de de ton morceau dans les journaux
Tu n’obtiens pas d’aide des distributeurs
C’est uniquement leur morceaux à eux dont ils se préoccupent
Mais le Tip n’abanonne pas non on jamais

Car je suis un rebelle, je suis la sur le coin de la rue
Je suis un rebelle et je suis la avec Mad Professor

ENGLISH PATOIS :

Well I don’t want no white guy look pon me and call me no nigger
And I don’t want no asian call me no kaya
Cause I’m african and I’m proud of that
I’m a rebel

Well I’m a rebel, deh yah pon the street corner
I’m a rebel and me deh yah with the Mad Professor

Well as a little youth as a little youngster
Me grow up inna the ghetto with me two sisters
Me mother, me father them did under pressure
Ah one little room the whole ah we sleep inna
We struggle everyday just to make things better
Just to make things better me say fi the future
And nuff time me hear me mother ask me father
« I don’t know why we left Jamaica
Just to come ah England and work inna freezer
And make white man cuss we and call we nigger »
But it’s milk and honey them did ah look for
And that’s the only reason why them come yah
Through the white man think say them superior
And them look pon we as the inferior
Well day after day them try keep we under
But we know we’ve got to fight
Cause it’s in our nature

Well I’m a rebel, deh yah pon the street corner
I’m a rebel and me deh yah with the Mad Professor

But see yah ah weh them grey people them take we for
Them mussi think say slavery still deh yah
But a long time it done a long time it over
And them deh kind of bulshhh we nah check for
Just like Malcom X and Martin Luther
Well Tippa nah joke and me nah jester
Cause the National Front we nuh fraid ah
The Klu Klux Klan me nuh fraid ah
You see the ugly Nazis them we nuh fraid ah
You see the BNP we nuh fraid ah
Cause if them want diss we will pull the trigger
We will pull the trigger in them jaw corner
Cause I man Mr Irie I am a warrior
Me is a warrior with the Mad Professor
Cause the Mad Professor deh in the area
Come hear the Mr Irie he is hot like

Like a rebel
On the street corner
I’m a rebel, deh yah pon the street corner
I’m a rebel and me deh yah with the Mad Professor

Through the colour of my skin
I man find it harder
To survive inna my area
I don’t have no chip pon me shoulder
Cause me know one day me haffi prosper
And reach to the top as an entertainer
But ah nuff obstacle them put in front of Tippa
Sometimes they dont want to play pon the radio
Don’t want review your tune inna the newspaper
You don’t get no help from the distributor
It’s only fi them tune alone them look after
But the Tip nah give uo no no never

Cause I’m a rebel, deh yah pon the street corner
I’m a rebel and me deh yah with the Mad Professor

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog :

https://fr.tipeee.com/sir-james

Peter Youthman & Alpha Pup – DJ Akademy Dubplate

Depuis leurs débuts les sound systems ont toujours cherché des façons de se démarquer des autres, que ce soit par la sélection de disques, par la qualité sonore et le matériel utilisé ou par les artistes présents lors de soirées. Les moyens sont nombreux. Dès la fin des années 60 un moyen innovant apparait, celui de travailler avec des chanteurs et DJ pour qu’ils enregistrent des morceaux éxclusifs pour le sound system. C’est une tradition qui, il me smeble, appartient uniquement au reggae et perdure encore aujourd’hui. Le sound system dont je fais partie, DJ Akademy, perpétue aussi cette tradition en travaillant essentiellement avec des artistes avec lesquels nous avons noué des liens. C’eest le cas ici avec cette combinaison entre un des meilleurs DJ français Peter Youthman et un des meilleurs Singjay portugais, Alpha Pup, membre des Real Rockers! One away style!

Style original, terrible et sauvage, tres versatile
Viens donc Peter, qu’as-tu à dire?

Lire la suite

Don Carlos – Hog And Goat

Don Carlos a commencé sa carrière au milieu des années 70 en enregistrant un ou 2 singles solo avant de former Black Uhuru avec Duckie Simpson. Pourtant il ne restera que très peu de temps avec le groupe et le quitte avant leurs premiers enregistrements. C’est au cours des années 80s que Don Carlos connaitra le succès, Il fait partie de ses artistes qui chantent à la manière « Waterhouse » d’après le nom du quartier d’où viennent d’autres chanteurs au style similaire comme Michael Rose ou Junior Reid. Ce style très populaire dans les dancehalls fait qu’il sort de nombreux albums au cours des 80s avec des producteurs comme Junjo Lawes, Niney the Observer ou encore les frères Hoo Kim qui sont propriétaires du studio et label Channel One. A la fin des années 80 il travaille avec le label américain RAS records ce qui lui permettra de devenir de plus en plus populaire aux USA où il finira par s’installer. Les années 2000 le verront collaborer avec le groupe californien Groundation ce qui le remettra sur le devant de la scène et l’introduira à toute une nouvelle génération de jeunes fans. Ce morceau est un de ses premiers hits solos et il aborde un petite histoire comique sur fond de riddim exquis!

NDT: 1/ heights of reasoning: Les Rastas utilisent souvent le terme high pour décrire un état où l’on dépasse sa condition normale et qui ne s’applique pas seulement aux effets de l’herbe. De plus lorsque les Rastas débattent ou parlent d’un sujet on appelle cela un « reasoning » un raisonnement.

2/ Disturbancy: en Jamaïque la terminaison « ancy » et parfois rajoutée à des mots qui n’en ont pas besoin en anglais standard. Ici le mot anglais serait « Disturbance », on le retrouve avec d’autres mots comme ignorance ou violence…

Porc et chèvre

Lire la suite

U Brown- Me Chat You Rock

U Brown est un pionnier des DJ Jamaïcain. Il est issu de la deuxième vague de DJ après l’explosion sur la scène de DJs comme U Roy et Big Youth. Il s’est inspiré d’ailleurs largement de U Roy en prenant son nom de scène qui vient directement de son vrai nom Huford Brown. Il commence sa carrière à la fin de des années 60 sur des sound locaux avant d’intégrer des sounds légendaires comme King Tubby’s ou encore Socialist Roots dans les années 70s. Ce morceau vient du début des années 80 et fut un grand hit pour lui. Le tune fait référence au changement de style de lyrics en parlant des DJ qui parlent de sexe dans leur morceau (slackness) et en intégrant des images bien jamaïcaines dans leur texte. En effet lorsqu’il parle de « all who field and no get no bat » c’est une référence au cricket, un sport très populaire dans le pays. Dans le cricket lorsque un équipe « bat » c’est elle qui commence à l’offensive et l’autre équipe  » field », defend.Parfois l’équipe qui attaque est tellement puissante que l’équipe qui défend n’a pas l’occasion de faire « bat » tous ses joueurs car elle est eliminée avant. C’est l’image que U Brown utilise ici: ceux pour qui c’est le cas ont honte et doivent se cacher dans les débris des arachides… Il utilise aussi des bouts de comptines comme le font souvent les DJs de son époque avec « riddle I this and I riddle I that » (il modifie la fin pour la rendre relative à son sujet). On note aussi l’utilisation de dictons populaires modifiés comme  » One for the money, two for the show, three to get ready, and four to go « …

NDT : 1/ How you mean: « Comment ça? » interjection pour affirmer avec force quelque chose.
2/ Right: utilisé dans le sens de « vu », « compris ». Elle est beaucoup utilisée par les DJ des années 70
3/ alterback: un haut a dos-nu

Souffle frère souffle comme tu n’as jamais soufflé auparavant
Je veux vraiment t’entendre un peu plus
Tu vois
Un pour l’argent et deux pour le show
Je dis que c’est le moment de se préparer
Car je veux vraiment dubber un peu plus
Comment ça

Car je dis fais-moi une devinette comme ceci et comme cela
Compris
Car je dis fais-moi une devinette comme ceci et comme cela
Celui qui comprend cette devinette reçoit un choc par ce disque

Car je dis
C’est lorsque je toaste
Que tu danses, ma soeur

Et tous ceux qui « fieldent » et ne « battent » pas
Partent se cacher dans les pelures d’arachides

Je dis que Diana Black
Elle vit de l’autre côté des rails
Avant elle n’était pas Rasta mais maintenant elle a des dreadlocks
Je dis que hier soir elle était couchée à se détendre chez elle
Elle dit qu’elle ne sort plus danser en soirée sound-system car certains DJs
Parlent de choses sexuelles
Mais lorsque Papa Brown se saisit du micro pour toaster
Peu de temps après elle met sa robe
Et quand je regarde bien elle est à l’arrêt de bus (ndt pour venir à la soirée)

C’est lorsque je toaste
Que tu danses, ma soeur
Bouge

Il faut continuer de danser
Il faut continuer de danser
Comme si tu ne voulais jamais t’aretter
Je joue le disque du début
Jusqu’à la toute dernière goute

Wow bébé

Que tu sois jeune ou vieux
Peu importe que tu sois malade
Peu importe que tu sois triste
Je te dis que celle-ci te fait sauter
Comme si tu étais fou

C’est lorsque je toaste
Que tu danses, ma soeur

Certaines se vêtissent de pantalons
Certaines sont en robe
Il fait si chaud que certaines sont en dos-nu

C’est lorsque je toaste
Que tu danses, ma soeur

Ecoute la basse
Et lorsque le roulement de batterie frappe

Je dis que Diana Black
Elle vit de l’autre côté des rails
Avant elle n’était pas Rasta mais maintenant elle a des dreadlocks
Je dis que hier soir elle était couchée à se détendre chez elle
Elle dit qu’elle ne sort plus danser en soirée sound-system car certains DJs
Parlent de choses sexuelles
Mais lorsque Papa Brown se saisit du micro pour toaster
Peu de temps après elle met sa robe
Je te dis que
A l’Est, à l’Ouest, au Nord et au Sud
Je te dis que cet instrumental
Te fait sauter et crier
Certaines se vêtissent de pantalons
Certaines sont en robe
Il fait si chaud que certaines sont en dos-nu

C’est lorsque je toaste
Qu’ils dansent, ma soeur

Que ce soit à droite ou à gauche
Que ce soient les hypocrites ou les parasites
Ta peau peut être noire ou blanche
Celle-ci te fait te sentir bien

C’est lorsque je toaste
Que tu danses, ma soeur

Ecoute la batterie
Ecoute la basse
Celle-ci te fait onduler du bassin

ENGLISH PATOIS :

Blow brother blow like yo never blow before
I really and truly want to hear you some more
You know
Me say one for the money and two for the show
I say time to get ready cause I really want to dub it some more
How you mean

Cause me say riddle me this and me say riddle me that
Right
Cause me say riddle me this and me say riddle me that
Who get this riddle get record shock

Cause me say
As a so me chat
You rock it, Sister

Cause tell you ,
All who field and no get no bat
Go hide themselves inna peanut trash
Me say Diana Black
She live over the track
She was a baldhead and now she dreadlock
Say last night she lay down in her house and relax
She say she stop go ah dancehall go rock
Just through some DJs talking things that is slack
But when Papa Brown pick up the mic and chat
Little after that she gone go put on her frock
And when me take a stock she reach out a bus stop

As a so me chat
You rock it, Sister
Move it

Got to keep on rock
Got to keep on rock
Like you never want stop
As I would play the musical disc
From the top to the very last drop

Wow Baby

Whether you are young or old
And me no matter if you’re sick
Or me no matter if you’re sad
I tell you this ah one
Ah make you jump like you’re mad

Me say
As a so me chat
You rock it, Sister

Some ah model inna pants
Some ah model inna frock
The time so hot
Some ah wear alterback

As a so me chat
Them rock

Listen to bass
And the how drum roll ah slap

As a so me chat
You rock it, Sister

I tell you
Say east west north and south
I tell you this yah riddim
Make you jump and shout
Say whether pon the left or whether pon the right
Whether hypocrite or whether parasite
Your skin might be black or your skin might be white
This ah one make you feel all right

As a so me chat
You rock it, Sister

Listen to the drum
Listen to the Bass
This yah one make you whine up your waist

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog:

https://fr.tipeee.com/sir-james

Luciano – Vybz Kartel Message

Une des nombreuses choses que j’aime avec la musique Jamaïcaine c’est cette capacité à parler de tout ce qui se passe au quotidien que ce soit des sujets serieux ou pas. Et aussi cette capacité à transformer un sujet serieux en quelque chose de divertisant, de rigolo. Le Messenger, Luciano nous parle ici de la grande star du dancehall Vybz Kartel… Le texte se modifie un peu d’une version à l’autre vu qu’il la chante 4 ou 5 fois pour un public qui fait que en redemander!

Dans le morceau qui reprend la mélodie de Big Iron du chanteur Country Marty Robbins il cite aussi un des complices de Vybz Kartel Shawn Storm dans l’affaire du meurtre de leur ex associé Lizard.

J’ai une petite histoire que je dois conter à l’Humanité
J’espère que vous écoutez bien le déroulement de la saga
C’est à propos d’un homme pour qui tout marchait
Comme la voix du pays
Et puis le jeune a quitté le droit chemin
Et je ne peux pas le comprendre
C’est un petit jeune que j’ai connu
Qui sait écrire et chanter si bien
Mais pour dire vrai et voir qu’il a grandi
Et son visage est méconnaisable (du fait qu’il le blanchit)
Et partout dans le pays
Sa voix résonne comme une cloche
Et si tu n’es pas prudent il pourrait envoyer ton âme en enfer
Son nom est Vybz Kartel
Enfermé en prison
Et Shawn Storm aussi
Une peine de 35 ans à perpétuité
Pour la vie d’un Lézard
Beaucoup plus que les mots ne peuvent dire
Il y a une morale à mon histoire
Et un message dans ma chanson
Pour ceux qui cherchent la gloire
Il est préférable que vous compreniez
Qu’il ya un manière qui peut sembler
Juste pour tout les hommes
Mais la finalité de ceux qui agissent avec la mort
C’est la douleur et la destruction
Regardez simplement Vybz Kartel
Enfermé en prison
Et Shawn Storm aussi

ENGLISH PATOIS:

I have a little story that I have to tell Mankind
I hope you listen clearly as the saga unwinds
It’s about a man who had it made
As the voice of the land
Then the youth turned and went astray
And I cant overstand
He’s a little youth that I have known
Who write and sings so well
To tell the truth and see he’s grown
His face I cannot tell (through him bleach out and thing)
Oh all across the land
His voice is ringing like a bell
And if you aren’t carefull
He might send you’re soul to hell
His name is Vybz Kartel
Locked up in jail
And Shawn Storm as well
35 to life
For a Lizard’s life
Much more than tongue can tell
His name is Vybz Kartel
And Shawn Storm as well
Locked up in jail
And Shawn Storm as well
35 to life
for a Lizard’s life
Much more than time can tell
There’s a moral to my story
And a message to my song
Those who are seeking glory
It’s best you understand
There’s a way that seemeth right
Unto every man
But the end of ways of death
Is pain and destruction
Just look at Vybz Kartel
locked up in jail
and Shawn Storm as well

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog:
https://fr.tipeee.com/sir-james

Bob Marley & The Wailers – Fussing And Fighting

Nul besoin de présenter Bob Marley And The Wailers, ne serait ce que l’image de Bob Marley est certainement plus répandue dans le monde que celle de Jesus lui meme! Ce titre date de l’époque de la collaboration avec Lee Scratch Perry au cours de laquelle le groupe signera certains de leur plus beaux morceaux. Le tune apparait sur l’album African Herbsman et évoque les querelles incéssantes entre les Hommes…

NDT:

1/ Bumping and boring : une expression jamaicaine un peu dur a traduire qui decrit une image de rentre dedans et des faires des trous ( bore a hole ). L’expression fait passer l’idée d’uns situation de conflits.

2/ Iniquity : l’iniquité littéralament, mais en Jamaïque cela veut aussi dire pratiquer l’Obeah, une pratique animiste souvent percue comme maléfique.

Pourquoi ces querelles et conflits
Je veux savoir, Seigneur, je veux savoir
Pourquoi toutes ces situations conflictuelles
Je veux savoir, Seigneur, je veux savoir maintenant

Lire la suite

RT&B – Forward To Zion

RT&B c’est l’acronyme de Roots, Trunks and Branches ou en francais Racines, Troncs et Branches. C’est le nom choisi par Joe White qui est un chanteur Jamaïcain productif mais peu connu qui a debuté sa carrière au début des années 60. En effet lorsqu’il s’installe en Angleterre il monte cette formation dont il est le chanteur ainsi que le producteur. Le groupe ne fera que quelques singles et un seul album. Cependant ce titre Forward To Zion ,qui n’est pas vraiment un hit à l’époque, est devenu une pièce recherchée des collectionneurs. Le morceau a été réédité par le label francais Jamwax en 2018 ce qui l’a aidé à devenir populaire auprès des amateurs de sound systems.

NDT: 1/From the horse’s mouth, une expression anglaise qui signifie obtenir une information de sa source.
2/ Bladhead: littéralement chauve mais qui pour les Rastas veut dire quelqu’un qui n’est pas Rasta

Ecoutez les paroles de prophète
Venant de la source
Je parle à la génération d’aujourd’hui
Il est l’heure de se rassembler
Particulièrement les Caribéens et les Africains
Il est l’heure de se rassembler

Car nous allons
De l’avant à Zion
Hommes, femmes et enfants
Nous allons
De l’avant à Zion

Au début
Jah a créé je et je et je
Pour répandre la parole
Partout sur la Terre
Aux gens

Disant que nous allons
De l’avant à Zion
Dite à vos pères et à vos mères
Que nous allons
De l’avant à Zion

Jah ne se préoccupe pas de savoir si tu es un dreadlocks
Ou si tu es un chauve
Tant que nous nous unissons
Et cessons de combattre

Nous allons
De l’avant à Zion
Frères et soeurs
Nous allons
De l’avant à Zion

Jah ne se préoccupe pas de savoir si tu es un dreadlocks
Ou si tu es un chauve
Tant que ton coeur est propre
Le secret du succès te sera révélé
Je vous le dit

Nous allons
De l’avant à Zion

ENGLISH PATOIS :

Listen to the words of the prophet
Coming from the horse’s mouth
Talking to the now generation
It’s time for us to get to together
Especially to the West-Indians and the Africans
It’s time for us to get to together

Cause we are going
Forward to Zion
Men, women and children
We are going
Forward to Zion

In the beginning
Jah created I and I and I
To spread the word
All over the land
To the people

That we are going
Forward to Zion
Tell your mothers and your fathers
We are going
Forward to Zion

Jah don’t care if you’re a natty dread
Or you’re a baldhead
Just as long as we unite
And stop the fight

We are going
Forward to Zion
Brothers and sisters
We are going
Forward to Zion

Jah don’t care if you’re a natty dread
Or you’re a baldhead
Just as long as your heart is clean
The secret of success will reveal
I’m telling you

We are going
Forward to Zion

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog :
https://fr.tipeee.com/sir-james

Peter Tosh – Bumboclaat Interview

Peter Tosh est reconnu comme étant un chanteur exceptionel autant avec les Wailers qu’en tant qu’artiste solo. Il est aussi reconnu comme étant un homme
qui disait ce qu’il pensait sans ménager les sensibilités de ses auditeurs. Il était colérique et lorsqu’un sujet le tenait à coeur il n’avait pas peur de dire ce qu’il pensait en faisant fi de toute forme de politesse. L’exemple type de ce genre de sortie est ce clip extrait d’un conference de presse en presence de representants de sa maison de disques du moment EMI. Ils parlent de l’album et la video Captured Live. Dans cette interview il fustige le traitement qu’il recoit de la part de ce géant de l’industrie du disque et fustige aussi la vacuité de la musique populaire…

NDT : 1: Bumboclaat, Bloodclaat: fait référence aux tissus ( cloth devient claat) utilisé comme serviette hygiénique par les femmes. Ca fait parti des pires « gros mots » en Jamaïque

2: Raasclaat: en Jamaïque le Raas est un mot pour désigner les fesses; à distinguer de Ras le titre de noblesses Ethiopien. Raasclaat est donc un mot qui signifie couche ou tissus des fesses.

3: Seen est une expression utilisé en Jamaïque équivalente à « compris? » ou « tu vois? ».

PT : Compris? Mais je suis content que vous ayez mentioné cela et aussi content que des représentants de EMI, ma maison de disques, soient là pour vous entendre le dire, putain.

Lire la suite

Grubrick – Top Ranking JA

La musique Jamaïcaine est pleine d’artistes qui ont fait que peu de morceaux et c’est le cas de ce duo qu’est Grubrick. Leur nom vient de la contraction de Grub Cooper et Richard « Rick » Walters. A ma connaisance ils n’ont pondus que 2 morceaux mais celui ci est devenu un morceau recherché par les sélécteurs et collectionneurs fans de cette période Rockers de la fin des annnées 70. Le thème du morceau est un thème qu’on retrouve tout au long de l’histoire de la musique Jamaïcaine, celui de la fierté nationale et de la mise en valeur de la Jamaïque en général. Ce morceau sort à une époque particulièrement trouble, la fin des années 70, où le gouvernment socialiste Jamaicain est sous préssion internationale et où partout dans le pays la violence et les pénuries se font durement ressentir.

NDT : 1/ JA est une abréviation de Jamaica parfois utilisé pour parler du pays,
tout comme Jamdown.

2/ Ranking en anglais veut dire classement et donc Top Ranking veut dire en haut du classement

3/ Arthur Wint est le premier coureur Jamaicain à recevoir une medaille d’or aux Olympiques. Herb McKenley et Symour Newman et Don Quarrie sont également des coureurs réputés.

4/ George Headley et Michael Holding sont des joueurs de cricket renomés

Qui sont les menteurs qui disent que la Jamaïque est au plus mal
Ca doit être des clowns de cirque
La Jamaïque etait là avant qu’ils arrivent
Et elle sera là quand ils seront morts et enterés
Une petite nation très importante
De génération en génération

Regarde tout ce que je vois desormais
Ils produisent de la varieté en masse
Du café, du cacao, des agrumes et des épices
Et ils se vendent à de tres bons prix

Qui sont les menteurs qui disent que la Jamaïque est au plus mal
Ca doit être des clowns de cirque
La Jamaïque etait là avant qu’ils arrivent
Et elle sera là quand ils seront morts et enterés
Une petite nation très importante
De génération en génération

Regarde ce que nous avons fait dans le domaine du sport
Avec des pioniers comme Wint et Headley et Mckenley
Et les jeunes Newman, Michael Holding
Et celui qu’on appelle Donald Quarrie, c’est ce que je dis
A propos de la scene musicale, Ranglin, Toots et Dandy
Monty Alexander, Bob Mareley
Et le jeune homme qu’on appelle Harold Butler

Qui sont les menteurs qui disent que la Jamaïque est au plus mal
Ca doit être des clowns de cirque
La Jamaïque etait là avant qu’ils arrivent
Et elle sera là quand ils seront morts et enterés
Une petite nation très importante
De génération en génération

Le regard du monde se porte aujoud’hui sur la Jamaïque
Pour voir où nous allons
Un symbole d’éspoir pour les gens qui galerent
Exigeant la justice de la part des puissants
Et les hommes et femmes du futur diront
Wow, quelle formidable petite Jamaïque
Ils se sont tant battus contre l adversité
Avec courage, direction et diginité

Qui sont les menteurs qui disent que la Jamaïque est au plus mal
Ca doit être des clowns de cirque
La Jamaïque etait là avant qu’ils arrivent
Et elle sera là quand ils seront morts et enterés
Une petite nation très importante
De génération en génération

Jamdown est en haut du classement
Nous cheminons vers l’avant

ENGLISH PATOIS :

Who is the liar who say JA mash down
They must be some kind of circus clown
JA was here before them come
And it will be here when they’re dead and gone
A top ranking little nation
From generation to generation

Look at all I now see
Them mass producing variety
Coffe, cocoa, citrus and spices
Oh they command premium prices

Who is the liar who say JA mash down
They must be some kind of circus clown
JA was here before them come
And it will be here when they’re dead and gone
A top ranking little nation
From generation to generation

Check our record in the field of sports
With pioneers like Wint and Headley and McKenley
And the young ones Newman, Michael Holding
And the man called Donald Quarrie I would say
On the musical scene Ranglin, Toots and Dandy
Monty Alexander, Bob Marley
And the young man called Harold Butler

Who is the liar who say JA mash down
They must be some kind of circus clown
JA was here before them come
And it will be here when they’re dead and gone
A top ranking little nation
From generation to generation

The eyes of the world now on JA
To see where we are going
A symbol of hope for struggling people
Demanding justice from the powerful
And men and women in future will say
Wow great little JA
How they battled against adversity
With courage purpose and dignity

Who is the liar who say JA mash down
They must be some kind of circus clown
JA was here before them come
And it will be here when they’re dead and gone
A top ranking little nation
From generation to generation

Jamdown is top ranking
We moving ahead

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog :

https://fr.tipeee.com/sir-james

Jeb Loy Nichols – To Be Rich Should Be A Crime

Le Reggae est comme un puits sans fond, il y a toujours des artistes et morceaux à découvrir. Ici c’est le chanteur américain Jeb Loy Nichols qui chante aussi bien de la Country que du Reggae. Ce super morceau est produit par le producteur anglais Adrian Sherwood et à ma connaisance n’existe que sur une compilation CD qui célèbre les 30 ans du Label On-U Sounds. Heureusement avec internet aujourd’hui on peut tomber sur ce genre de trésor caché. Le thème du morceau est très clair, c’est une critique de la répartition des richesses que nous vivons dans la monde moderne…

Etre riche devrait être un crime

Comment as tu obtenu ton argent, monsieur?
D’où sors tu ton argent, monsieur?
Sur qui as tu marché , dis moi
Ou l’as tu volé?

Etre riche devrait être un crime

Pour qu’un homme soit riche
Il faut qu’un autre homme soit pauvre
Pour qu’un homme ait moins
Un autre homme doit avoir plus

Etre riche devrait être un crime

Qui a construit tes maisons, monsieur?
Qui a construit tes écoles, monsieur?
Qui nétoie ta table maintenant?
Qui a cousu le costume que tu portes?

Etre riche devrait être un crime

Ici dans le bus 37
Je regarde autour de moi
Les travailleurs si fatigués
Et pas un centime à montrer pour cela

Etre riche devrait être un crime

O cela devrait être un crime
D’être un homme riche
Penses-y et tu en conclueras
Que cela devrait être un crime

ENGLISH :

To be rich should be a crime

How did you get your money, sir ?
Where did you get your money, sir ?
Who did you walk on, tell me
Where did you steal it from ?

To be rich should be a crime

For one man to be rich
Another man he must be poor
For one man to have less
Another man he must have more

To be rich should be a crime

Who built you houses, sir ?
Who built your schools, sir ?
Who clean your table now ?
Who sewed that sit you are wearing ?

To be rich should be a crime

Here on bus 37
I look around
Working people so weary
without a penny to show

To be rich should be a crime

Oh it should be a crime
To be a rich man
Think about it and you will find
It should be a crime

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog c’est par ici :

https://fr.tipeee.com/sir-james

Twinkle Brothers – Watch The Hypocrites

Twinkle Brothers est un groupe dont on pourrait presque dire qu’ils ont eu deux carrieres! Celle lorsqu’ils habitaient en Jamaique et celle lorsque Norman Grant s’installe en Angleterre. Le groupe chante dès les annees 60 mais c’est au cours des annees 70 qu’ils gagnent en notoriété au point de se faire signer à la fin de la décennie par le label anglais Virgin Records. Ce morceau a clairement été enregistré en Jamaique mais il sort d’abord en 1979 an Angleterre sur le label reggae de Virgin, Frontline. Les Twinkle Brothers ayant leur propre label ils le sortent eux en Jamaique l’année suivante. Ce groupe a la particularité d’écrire des textes très bien construits et qui abordent une varieté de sujets. Ici la cible des Twinkle ce sont les hypocrites…

Regarde les choses qu’ils font
Regarde ceux qu’ils croient
Ils sivent la tradition de babylone
Ils mèneront la nation à sa perte

Lire la suite

Ras Demo – No Slackness

Ras Demo a commencé sa carrière sous le nom de Demolition Man et il a été surtout connu dans le monde de la Jungle. Ces dernières années il a un peu changé de cap et sort beaucoup de morceaux reggae. Ici il s’associe au label Peckings de Londres qui fut un temps le distributeur officel de Studio One en Angleterre et qui utilise, comme ici, souvent des riddims Studio One pour leur nouvelles productions. Ici le thème est sans ambiguité, Ras Demo pose un texte où il affirme son opposition au style « slackness », c’est à dire le style de textes qui parlent plus ou moins explicitement de sexe.

NDT : « unnu » est un mot patois à l’origine inconnue qui signifie « vous »

Ce n’est rien de très long

La musique n’a pas vocation à faire de l’éducation sexuelle
Mais certains artistes corrompent la nation
Avec leur textes dégoutants et leur fornication
Dans l’école musicale d’où je viens c’est une transgression

Il n’y a rien de mal à chanter que tu aimes le sexe
Mais si tu le chantes cent fois essaye de trouver un autre sujet
Meme si ton morceau est entrainant tout de meme il me fache
Le monde n’a pas vraiment besoin de savoir comment tu as pris Bernadette
Je ne manque pas de respect à ton talent alors ne t’inquiètes pas
Mais ton talent tu le gaches et l’entraine vers l’abime

La musique n’a pas vocation à faire de l’éducation sexuelle
Mais certains artistes corrompent la nation
Avec leur textes dégoutants et leur fornication
Dans l’école musicale d’où je viens c’est une transgression

Il n’y a rien de mal à chanter que tu veuilles faire lamour, yo
Mais on a pas toujours besoin de savoir dans quelle position et comment
Mes enfants ne peuvent écouter ta musique avant d’avoir grandit et qu’il soit vieu
Et les plus agés, je parle de mes filles de plus de 18 ans elles t’aiment
Et quand j’entends ton morceau qu’elles mettent en sonnerie de telephone
Je ne sais pas quoi faire
Et les Polonnaises elles t’aiment et les Roumaines t’aiment
Et toutes les Européenes t’aiment
Il n’y a rien de mal à ca mais écoute moi

La musique n’a pas vocation à faire de l’éducation sexuelle
Mais certains artistes corrompent la nation
Avec leur textes dégoutants et leur fornication
Dans l’école musicale d’où je viens c’est une transgression

Je suis vieu et je sais maintenant comment rester d’actualité
Mais certains d’entres vous depassez les bornes
Tu veux faire du slackness, d’accord, ca te regarde
Ce sont tes affaires pas les miennes
Mais certaines d’entres vous devriez etre plus consciencieux
Quand vous etes sous les feu des projecteurs
Mais plutot que ca vous choisissez de parler de votre vie sexuelle
au micro
J’aime le sexe mais en realité vous savez que vous avez tort
Alors connaissez vous vous memes et ce que vous faites et cessez de suivre
la dernière mode
Certains jeunes vous prennent pour des idoles et écoutent votre musique tous les soirs
Alors c’est à nous de les sortir de l’obscurité pour leur montrer la lumière
A tout les artistes j’ai ca à vous dire

La musique n’a pas vocation à faire de l’éducation sexuelle
Mais certains artistes corrompent la nation
Avec leur textes dégoutants et leur fornication
Dans l’école musicale d’où je viens c’est une transgression

Alors ecoutez moi, faisons en sorte que les jeunes apprenent l’education sexuelle a l’ecole
Et à vous les artistes trouvez de meilleures facon d’utiliser votre outil

ENGLISH PATOIS :

Ah nuh nothing long

Music is not for sex education
But some artists them ah corrupt the nation
With them dutty lyrics and fornication
The music school me come from that is a violation

Nothing no wrong fi sing bout how you love sex
But if you sing it a hundred times try find another subject
Even though your tune catchy still it ah get me vex
The world no really need fi now how you cock up Bernadette
Me nah diss unnu talent so no worry nor fret
But unnu ah waste your talent and run it to wreck

Music is not for sex education
But some artists them ah corrupt the nation
With them dutty lyrics and fornication
The music school me come from that is a violation

Nothing no wrong to sing bout how you want to make love, yo
But it’s not every time me want fi know the position and how
My youths can’t listen your music till them old and grow
And the younger ones, me talk the over 18 girls love you
When me hear your tune on them ring tone me nuh know weh fi do
And Polish girls love you and Romanian girls love you
All European girls love you
Nothing nuh wrong with that but hear me say

Music is not for sex education
But some artists them ah corrupt the nation
With them dutty lyrics and fornication
The music school me come from that is a violation

I’m old and now know how fi move with the times
But some of you cross borderline
You want to talk slackness that’s up to you, yeah fine
That is your business and no business of mine
But some of unnu fi know better when you’re in the lime light
But instead you choose fi chat your sexlife pon the mic
Me love sex but really you know it nuh right
So know unnu self check weh you ah do and stop follow daylight
Some youth them idolize you listen your music every night
So we fi bring them out of the dark and show them the light
All artists me ah tell unnu this

Music is not for sex education
But some artists them ah corrupt the nation
With them dutty lyrics and fornication
The music school me come from that is a violation

So you see me , make the youths them learn sex education at school
And artist find a better way fi use unnu tool

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

pour soutenir le blog c’est par ici :
https://fr.tipeee.com/sir-james

Super Cat – Mud Up

La société Jamaïcaine a la réputation d’être particulièrement machiste et c’est vrai qu’il semblerait que le machisme là-bas soit plus ouvert qu’en France par exemple. Cela dit ce n’est pas forcément parce-que les choses ne sont pas dites clairement que pour autant elles sont moins ancrées qu’ailleurs… Dans ce texte Super Cat se fait l’écho d’une opinion. Celle-ci est aussi répandue en France mais il est beaucoup moins acceptable de l’exprimer aussi ouvertement que le fait Super Cat dans ce texte. Le sujet du morceau c’est l’idée qu’une fille qui couche avec plein d’hommes est souillée et qu’elle a moins de valeur qu’une fille qui restreindrait ses envies sexuelles. En tout cas ce morceau fut un énorme hit pour Super Cat et c’est ce genre de morceau qui participe à sa popularité grandissante à la fin des années 80 ce qui l’amènera à être un des premiers Jamaïcains à être signé sur un label majeur amércain, Columbia! Le morceau est composé comme si Supercat était en session sound system et il s’adresse aux gens comme s’ils étaient devant lui en train de danser dans une soirée.

NDT :

1/ Haul and Pull up: littéralement deux facons de dire soulever l’aiguille du tourne disque pour remettre un disque au debut car il a fait reagir la foule.

2/ lorsqu’il dit « it ah lick » il veut dire que ce nouveau style qu’il a trouvé c’est ca qui est à la mode en ce moment, ce qui marche

3/ Outlaw, Manix : Outlaw fait référence à un des surnoms de Josey Wales et Manix au DJ Joe Manix

4/ Chemist : c’est devenu une facon de dire que quelu’un est un professionel doue dans ce qu’il fait

Alors celle-ci est dédicacé à toutes les bandes qui sautent en l’air
Dédicace à tous les hommes qui se lèvent et font des pompes
Et dédicace à toutes les filles qui ne sont pas souillées

Lire la suite

IJahman Levi – I Want To Be Free

IJahman Levi est un artiste qui débute sa carrière par un enregistrement chez Duke Reid en 1962 ou 1963 mais qui ne sortira pas. A l’age de 18 ans il part s’installer avec sa famille en Angleterre et c’est là bas, sous le nom de « The Youth », qu’il débute réélement sa carrière avec un premier single Soul sorti chez Polydor. S’en suit 3 autres singles pour différents labels. En 1971 il est emprisonné et c’est au cours de cette incarceration qu’il devient Rasta et écrit un des ses plus gros Hits « Jah Heavy Load ». Il signera 2 albums pour Island qui sont enregistré au cours de la même session studio en Jamaïque . Ces deux albums sont particuliers du fait de leurs morceaux inhabituellement longs pour le reggae et on retrouve en totalité 9 morceaux sur les 2 albums dont certains de ses classiques comme « Moulding », « Jah Heavy Load » et « I’m A Levi ».
IJahman se démarque aussi par son style d’écriture assez complexe et ses points de vues originaux. C’est le cas pour ce morceau que j’ai choisi de traduire. Depuis ses débuts le mouvement Rasta fait du rapatriment des déscendants d’ésclaves un de ses piliers centraux et même si dans les faits très peu de Rastas retournent vivre en Afrique il y a un consensus sur le concept ne serait ce que en théorie. Dans ce tune, sorti en 1989, IJahman brise un tabou en affirmant qu’après s’être rendu en Afrique et apres avoir vu les conditions de vie des gens la bas qu’il préfère rester dans son ile au soleil, la Jamaïque . C’est, à ma connaissance, le seul morceau où ce point de vue est ouvertemnt exprimé.

Je veux être libre, Seigneur
Tout comme les oiseaux qui touchent le ciel bleu
Et de même les poissons qui nagent dans la mer
Qui ne s’assèche jamais

Je veux être libre, mon peuple et moi

Je n’avais jamais realisé ce qu’etait réélement la captivité
Jusqu’à que je franchisse la frontière pour arriver en Afrique
Et la j’ai constaté les conditions de mon peuple, Seigneur
Les tribulations couvrent la terre
C’est si triste
Si c’est vraiment ca qu’ils apèllent la Terre Promise
Je prefere être là ou je vis dans l’ile sous le soleil

Je veux être libre, Seigneur
Tout comme les oiseaux qui touchent le ciel bleu
Et de même les poissons qui nagent dans la mer
Qui ne s’assèche jamais

Je veux être libre, mon peuple et moi

Je n’avais jamais realisé ce qu’etait réélement la captivité
Jusqu’à que je franchisse la frontière
Et que j’ai vu mes frères et mes soeurs
Là bas en Afrique, la terre de mes aïeux
Il n’y pas de chaines à mes poignets ni a mes pieds
Pourtant mentalement je ne suis pas libre
Si c’est vraiment ca qu’ils apellent la Terre Promise
Je prefere être là ou je vis dans l’ile sous le soleil

Je veux être libre, le Seigneur le sait
Tout comme les oiseaux qui touchent le ciel bleu
Et de même les poissons qui nagent dans la mer
Qui ne s’assèche jamais

Je veux être libre, mon peuple et moi

Liberté, liberté
Plus de chaines à nos poignets
Mais pourtant mentalement nous sommes enchainés, Seigneur

ENGLISH PATOIS :

I want to be free, Lord
Just like the birds they touch blue sky
Likewise the fish swimming in the sea
That never run dry

I want to be free, my people and me

I never realised what is really captivity
Until I cross over the border into Africa
There I see my people condition, Lord
Tribulations cover the land
It’s looking sad
If this is really what they call my promised land
I’d rather where I’m living in the island of the sun

I want to be free, Lord
Just like the birds they touch blue sky
Likewise the fish swimming in the sea
That never run dry

I want to be free, my people and me

I never knew what freedom really means
Until I cross over the border
And see my brothers and sisters
Over in Africa, the land of my forefathers
There’s no chain to my hands and feet
But mentally I ‘m not free
If this is really what they call my promised land
I’d rather where I’m living in the island of the sun

I want to be free, Lord knows
Just like the birds they touch blue sky
Likewise the fish swimming in the sea
That never run dry

I want to be free, my people and me

Freedom freedom
No more chains to our hands
But mentally we’re chained, oh Lord

TRANSLATION COPYRIGHT JAMES DANINO

Pour soutenir le blog :
https://fr.tipeee.com/sir-james

Dennis Brown – Here I Come

Dennis Brown à chanté un nombre impressionant de hits au cours de sa carrière et c’est difficile de dire lequel serait le plus gros hit. Il s’agirait peut être de se demander le plus gros hit pour qui? En effet les chansons de Dennis Brown parlent et touchent des publics variés, pour ce qui est du plus grand succès mainstream ou commercial, même si j’aime pas trop le terme, on pourrait certainement avancer « Money In My Pocket ». Pour les amateurs de Roots profond et spirituel peut être pourrait on dire « Emmanuel » ou peut etre « Tribulation » ou bien encore « Whip them Jah »? Qui pourrait en définir un absolument au dessus des autres? Pour ce qui est des sounds addicts je pense que le titre que j’ai choisi ici « Here I Come » est peut être le plus apprecié de tous et reçoit session après session les forwards des massives depuis qu’il est sorti! Pourquoi? Au delà de son riddim fracassant on a l’impression d’y retrouver un concentré de Dennis Brown, de la positivité, un chant magistral et des textes qui touchent tout le monde! Un énième rappel que la qualité primera toujours sur la quantité, « Here I Come » c’est un texte avec peu de lignes mais tellement bien construites et chantées et avec une telle sincerité qu’elles envoutent tout auditeur doté d’un minimum de sensiblité! En effet la majorité de ce texte est une recomposition de differents extraits du Psaume 23 et Dennis a su faire un assemblage parfait en y ajoutant les lignes nécéssaires pour renforcer et rendre le texte personel.

NDT: 1/ Lorsqu’il parle d’enfants Dennis Brown fait référence à chacun d’entre nous en tant qu’enfants de Dieu.
2/ Oindre : Toucher (une partie du corps : le front, les mains) avec les saintes huiles pour bénir ou sacrer

L’amour et la haine ne pourront jamais être amis

Lire la suite

Third World – Mr Reggae Ambassador

Third World est un groupe un peu particulier en Jamaïque. Particulier parce que contrairement à la majorité des autres musiciens et chanteurs les fondateurs du groupe ne sont pas issus des classes pauvres ou au mieux moyenne de la societé mais viennent des beaux quartiers et sont de familles aisées et puissantes. En effet Michael ‘Ibo’ Cooper se forme à l’ecole de musique géré par sa famille et il est aujourd’hui professeur de msuicologie à l’Université de musique Edna Manley de Kingston alors que Stephen ‘Cat’ Coore est le fils du politicien David Coore. Du fait de leur formations musicales avancées le reggae qu’ils proposent a tendance à etre plus complexe musicalement et à introduire des instruments qu’on entend rarement tel que le violoncelle. Ce morceau fait partie de leurs grand succès et il sort en single en 1989. Le lyrics plutôt simple est très efficace et il raconte un peu l’impacte de cette musique au succès mondial venu d’une petite île !

NDT : 1/ Rugs est le nom du chanteur lead Bunny Rugs
2/ It sweet them : une expression jamaïcaine que j’aime beaucoup « to sweet » est un forme verbale particulère au patois qui litteralament veut dire sucrer mais qui à le sens de rendre heureux, d’ammener du bonheur.

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Je joue mon reggae dans nimporte quelles conditions
Je le joue avec du style et des manières
Partout où je vais je suis Rugs le reggae-man
Je joue mon reggae et chante pour faire tomber Babylon

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Je viens de Mandeville, je suis un jamaïcain authetique
Je suis venu à Kingston et j’ai rejoins un groupe de reggae
J’ai voyagé en Afrique et voyagé au Japon
Ma mère est fière de moi et elle m’aime beaucoup

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Respect
Que Dieu benisse

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Et donc partout où je joue c’est la même question
Comment une musique si importante peut elle venir d’une petite ile
Quand la musique joue elle laisse les gens en état de shock
Cette grande grande musique d’une petite île

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Elle les ammène vers le haut et vers le bas
Elle les ammène partout où ils veulent aller
Le reggae ils l’aiment tant
Elle les rend heureux de la tête aux pieds

Je suis Monsieur l’Ambassadeur du Reggae

Je tiens à dire qu’ils l’aiment tant
Partout, partout ou je vais
Je joue ma musique, nuit et jour
Et tout va bien

ENGLISH PATOIS :

I’m Mister Reggae Ambassador

Play me reggae music inna any condition
Drop it inna style, drop it inna fashion
Everywhere I go, I’m Rugs the reggae man
Play me reggae music and chant down Babylon

I’m Mister Reggae Ambassador

Me come from Mandeville, I’m a true Jamaican
Me come ah Kingston and me join a reggae band
Me travel Africa and me travel Japan
Me mother proud of me, so she just love I-man

I’m Mister Reggae Ambassador

Respect
God bless

I’m Mister Reggae Ambassador

So everywhere I jam, it’s the same question
How can a big music come from a little island?
When the music play, it leaves them in a state of shock
The big, big music from the little rock

I’m Mister Reggae Ambassador

It take them higher, it take them low
It take them any place they wanna go
Reggae music, them love it so
Sweet them from them head right down to them toe

I’m Mister Reggae Ambassador

I say they really love it so
Everywhere, everywhere I go
I play my music, day or night
Everything, everything’s alright

TRANLSATION COPYRIGHT JAMES DANINO :

pour soutenir le blog :

https://fr.tipeee.com/sir-james

Midnite – Mama Africa

Le premier album de Midnite ne contient que des super morceaux et il fait parti de mes tout préfèrés du groupe. À leurs débuts les textes de Vaughn Benjamin sont plus simples dans leur écriture et plus compréhensibles pour la majorité du public tout en apportant des points de vues originaux et une analyse personnelle des thèmes abordes. C’est le cas pour ce morceau qui parle d’un sujet central dans le reggae et plus particulièrement dans le reggae chanté par les Rastas. En effet les Rastas s’étant réapproprié l’histoire de leurs ancêtres ils chantent l’afrocentrisme et pronnent souvent un retour à la terre-mere ainsi qu’un amour du continent et de sa culture. Ici Vaughn Benjamin conjugue ces points de vue avec une description peut etre autobiographique de la vie de certains des membres de cette diapora africaine descendante de esclaves volés à l’Afrique pour travailler dans les colonies occidentales.

NDT : A woah : expressions de patois qui indique l’approbation.

To belong : Litteralement apartenir, mais en anglais on utilise aussi ce mot pour signifier un endroit où l’on devrait être.

L’Afrique, c’est où je devrais être

Lire la suite